19/02/2013

La photo scandale d'un sniper israélien prenant pour cible un jeune palestinien

sniper, palestien, Tsahal, armée israélienne

Depuis sa publication sur internet, l'image suscite indignation et réprobation. Elle représente la tête d'un enfant palestinien pris pour cible à travers le viseur du fusil à lunette d'un soldat israélien. Cette photo, postée sur le compte Instagram privé d'un jeune appelé de 20 ans, actuellement déployé en Cisjordanie au sein d'une unité de snipers, a été révélée le 15 février par le site palestinien electronic Intifada. Commentaire d'Ali Abuminah, l'un de ses responsables : «Il n’y a pas d’autres images qui suggèrent que le photographe a tiré sur la personne que l’on voit sur l’image. L’image est simplement de mauvais goût et déshumanisante. Elle reflète l’idée que les enfants palestiniens sont des cibles.» 

Le journal Times of Israel, qui évoque l'affaire, précise que le compte du soldat a été fermé le 16 février dernier. Mais de nombreux internautes, qui avaient fait des copies de l'image, continuent toujours à la partager sur Twitter.

Le quotidien britannique The Guardian a de son côté cherché à déterminer dans quel « contexte » cette photo avait été prise. Avant d'admettre qu'il ne pouvait «pas être vérifié». Mais indique néanmoins que «les minarets et l’architecture arabe du village, que l’on voit en arrière plan, indiquent que le garçon et le village sont palestiniens». Avant de conclure: « Le message agressif est clair».

 Selon les médias israéliens, le soldat incriminé aurait bel et bien admis avoir publié cette photo. Mais ne pas l'avoir prise. Il affirme l'avoir trouvée sur Internet. Une version qui n'aurait pas convaincu sa hiérarchie qui viendrait de le suspendre pour "faute morale".

Dans un communiqué, l'armée israélienne assure que ce cliché "ne correspond pas aux valeurs ou au code d'éthique" de Tsahal. Une lecture des faits diamétralement différente dans le camp de L'Autorité palestinienne qui juge, en l'espèce, qu'elle traduit un "sentiment d'impunité" chez les soldats israéliens.

Plusieurs membres de Tsahal ont déjà été condamnés par le passé pour avoir publié des photos où ils mettaient en scène aux côtés de prisonniers palestiniens.

En novembre dernier, la photo d’un père de famille et journaliste de la BBC à Gaza, pleurant son enfant tué lors d’un bombardement, avait fait la « une » du Washington Post. Plus récemment, un soldat israélien avait posté sur Facebook une photo où il se moquait de quatre prisonniers palestiniens en posant les mains liées et les yeux bandés à côté d’eux.   

17:30 Écrit par Jean-Luc Bobin dans ACTU | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sniper, instagram, tsahal, palestine, cisjordanie | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | |  Imprimer | Pin it! | | |

15/02/2013

Le Word Press Photo attribué à Paul Hansen

world press photo,photojournalisme,paul hansen,fabio bucciarelli,javier manzano,denis rouvre

© Paul Hansen / Dagens Nyheter

Le photographe suédois Paul Hansen a remporté le World Press Photo Award, le plus prestigieux concours de photojournalisme, pour un cliché montrant un groupe d'hommes transportant les cadavres de deux enfants dans les rues de Gaza. Deux photographes travaillant pour l'Agence France-Presse ont en outre été récompensés. Il s'agit de Fabio Bucciarelli qui a obtenu la deuxième place et Javier Manzano la troisième dans le genre "reportages" de la catégorie "Actualités". (...)

Lire la suite

15:55 Écrit par Jean-Luc Bobin dans ACTU | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : world press photo, photojournalisme, paul hansen, fabio bucciarelli, javier manzano, denis rouvre | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | |  Imprimer | Pin it! | | |

14/02/2013

Une seconde Joconde attribuée à Léonard de Vinci

mona lisa,joconde,peinture

La Joconde du musée du Louvre a une "petite soeur" de 10 ans sa cadette.
© J.-L.B

L'info émane de la très sérieuse AMA (Art Media Agency). Cette agence, spécialisée dans le marché de l'art, révèle que de nouveaux tests effectués sur un tableau considéré comme une précédente version de la Joconde sont suffisamment probants pour affirmer que la toile a bel et bien été peinte par Léonard de Vinci.

Depuis septembre dernier et la divulgation de l'existence d'un tableau intitulé la «Mona Lisa d'Isleworth» les spécialistes ne cachaient pas leur scepticisme quant à l'authenticité de cette œuvre conservée pendant une quarantaine d'années dans un coffre en Suisse.

Selon le Dr. Markus Frey, président de la Fondation Mona Lisa, les nouvelles analyses effectuées sur cette autre « Mona Lisa », de dix ans plus jeune que celle accrochée au musée du Louvre, «permettent de confirmer que ce tableau est en effet la Version Antérieure de Mona Lisa».

Voilà qui devrait mettre fin à un début de polémique entre experts puisque de précédentes analyses menées par l’Université d’Oxford avaient indiqué que cette version antérieure était probablement une copie du XVIIe siècle. Le dernier test au carbone 14 réalisé par l’EPF (Ecole Polytechnique Fédérale de Zurich) date pour sa part la toile entre 1410 et 1455 (probabilité de 95,4%) ou entre 1425 et 1450 (probabilité de 68,2%). Ce qui attesterait comme très peu probable que la toile date de la fin du XVIe.

Quatre autre tests avaient été réalisés par le professeur John Asmus. Ce physicien nucléaire avait comparé les coups de pinceaux numérisés des deux tableaux. Et était arrivé à la conclusion qu’il s’agissait du même artiste.

La «Mona Lisa d'Isleworth» appartient aujourd'hui à un consortium international. Le tableau avait été acheté en 2003 aux héritiers d'Elisabeth Meyer, la compagne du collectionneur d'art Henry Pulitzer. Lequel, avait acquis la toile en 1962, avant de la déposer ensuite dans un coffre-fort en Suisse.

 

15:59 Écrit par Jean-Luc Bobin dans ACTU | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mona lisa, joconde, peinture | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | |  Imprimer | Pin it! | | |

30/01/2013

Marseille célèbre 20 ans de vestiges méditerranéens immortalisés par Koudelka

koudelka,marseille,méditerranée

© Boris Horvat / AFP

Immortaliser la beauté de lieux menacés de disparition est devenu, au fil des ans, sa véritable obsession. France, Libye, Algérie, Italie, Albanie : voilà maintenant 20 ans que Josef Koudelka trimbale son appareil photo à travers le pourtour méditerranéen.

Depuis 1991, il a arpenté une vingtaine de pays et visité plus de 200 sites archéologiques gréco-romains pour en saisir la mystérieuse singularité. Un boulot colossal qui est aujourd'hui mis en lumière à travers une exposition montée à Marseille qui a été désignée, en 2013, capitale européenne de la culture. (...)

Lire la suite

17:50 Écrit par Jean-Luc Bobin dans ACTU | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : koudelka, marseille, méditerranée | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | |  Imprimer | Pin it! | | |

19/01/2013

L'Europe sous le charme de l'Ouest américain de Robert Adams

robert adams,madrid,denver

© Dominique Faget / AFP

Célèbre pour ses images torturées en noir et blanc du " Deap Ouest ", le photographe américain Robert Adams est actuellement à l'honneur d'une vaste rétrospective qui s'est ouverte cette semaine à Madrid avant de voyager vers d'autres villes européennes, dont Paris. (...)

Lire la suite

19:27 Écrit par Jean-Luc Bobin dans ACTU | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : robert adams, madrid, denver | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | |  Imprimer | Pin it! | | |

24/12/2012

Le jour d'avant l'après à Bugarach

Bugarach, fin du monde, 2012, éolienne, environnement, communautés, énergies renouvelables,

© J.-L.B / Bugarach / 21 décembre 2012

L'apocalypse a bien eu lieu à Bugarach.
Une fin du monde aux allures de tsunami médiatique en plein coeur des Corbières.
Images surréalistes que ces cohortes hirsutes d'extra-terrestres pissent-copies, femmes troncs des jités-tévés, baguenaudeurs des micros, zoomeurs vidéo et perches-mens capteurs de sons, venus, ici, comme on visite un zoo.
Scènes humiliantes que ces habitants coursés dans les rues, harcelés, agressés jusque dans leur chez-soi dans un tourbillon indécent de propos obscènes et de mots formulés à l'emporte-pièce.
Bugarach, le jour d'avant l'après, n'était alors plus qu'un champ de bataille dévasté.
Où seuls quelques survivants affichaient ostensiblement leur mépris à l'égard de ces envahisseurs du troisième type. Indifférents à l'agitation ambiante, drapés dans une dignité que nul n'aurait pu être en mesure de leur bafouer.
En ce 21/12/12, à la croisée de l'avant et de l'après, Bugarach, clamait malgré tout à la face du monde entier, son désir à (re)vivre harmonieusement en paix.

Qu'ainsi soit-il !

18:04 Écrit par Jean-Luc Bobin dans ACTU, DECLICS, ZOOM SUR... | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bugarach, fin du monde, médias, environnement, éoliennes, énergies renouvelables | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | |  Imprimer | Pin it! | | |

24/11/2012

Le légendaire Leica MD3 de Davis Douglas Duncan vendu 1.680.000 €

leica,duncan,photojournalisme,enchèresC'est la rolls rolls des appareils photo. La Ferrari des boîtiers 24X36. Quel photographe n'a jamais rêvé de posséder un jour le mythique Leica MD3 ? Cet authentique bijou, de noir laqué, daté de 1955 a été adjugé ce samedi lors d'une vente aux enchères à Vienne pour la somme record de 1.680.000 euros. L'appareil était jusqu'à lors propriété de la très réputée galerie Westlicht et avait appartenu au célèbre reporter Davis Douglas Duncan lorsqu'il travaillait pour le magazine Life.

La veille, un lot exceptionnel de 2.456 photographies et 2.144 diapositives de la NASA avaient trouvé preneur pour 200.000 euros. D'autres images, consacrées cette fois à la conquête spatiale russe, avaient pour leur part été acquises pour 60.000 euros

[Source AFP / Photo © Dieter Nagl]

18:29 Écrit par Jean-Luc Bobin dans ACTU | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : leica, duncan, photojournalisme, enchères | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | |  Imprimer | Pin it! | | |

04/11/2012

Wilhem Brasse, le photographe de l'horreur, vient de décéder à l'âge de 95 ans

Willhelm Brasse

Il fut le photographe de l'horreur. Ses clichés montent des corps décharnés, des visages terrifiés. Ses images anthropométriques au cadrage rigoureux donnent la nausée. On y voit des hommes, des femmes et des enfants aux regards vides. Inexpressifs. Ceux de morts en sursis. Ancien détenu polonais du camp d'extermination d'Auschwitz-Birkenau, Wilhelm Brasse est décédé le 23 octobre dernier à l'âge de 95 ans. Affecté à la cellule d'identification de prisonniers (la Erkennungsdienst), de 1940 à 1943 il photographia entre 40 000 et 50 000 déportés.
Né en 1917, Wilhelm Brasse avait travaillé dans sa jeunesse comme photographe dans le sud de la Pologne.
Arrêté par les Allemand à l'occasion d'une tentative de passage à la frontière Hongroise, il fut incarcéré à Auschwitz avec pour mission de tirer le portrait de tous les nouveaux arrivants. "Sauf ceux envoyés directement dans les chambre à gaz", témoigna-t-il en 2009 à l'occasion d'un entretien accordé à l'AFP. En une nuit, on lui ordonna de photographier 1 100 déportés du camp de Drancy. "J'étais le seul photographe professionnel de l'unité. Les Allemands avaient besoin de moi et ça m'a permis de survivre". 
Aussi insoutenable que son travail puisse être considéré, il atteste aujourd'hui de la minutie avec laquelle les Nazis étaient enclins à enregistrer les moindres faits et gestes de leur fureur exterminatrice. Car outre ces "photos d'identité", Wilhelm Brasse était par ailleurs chargé de graver sur négatif les pseudo expériences médicales du tristement célèbre docteur Josef Mengele. Notamment celles sur la stérilisation des femmes juives, ou encore sur les tests du Zyklon B.
En septembre 1941, plus de 800 Russes et Polonais furent rassemblés dans le bloc 11 et sauvagement assassinés pendant que Brasse immortalisait la scène. "La joie sadique avec laquelle les SS se mettaient à l'ouvrage était particulièrement répugnante", confia-t-il en 2005 au quotidien The Guardian.
En janvier 1945, peu de temps avant la libération du camp par l'Armée rouge, Wilhelm Brasse reçut l'ordre de tout détruire. Mais ne s'exécuta qu'en partie. Réussissant à sauver des flammes de nombreux rouleaux de pellicule.
Près de 40 000 de ses photos sont désormais conservées par le musée d'Auschwitz, qu'il contribua à élaborer. Après guerre, le matricule 3344 consacra une partie de son temps à témoigner sur l'Holocauste. Notamment dans les écoles.
Brasse tenta bien de redevenir ensuite photographe portraitiste. Mais dut très vite envisager de tirer définitivement un trait. Son passé ne cessait de le rattraper. Impossible d'oublier.
A chaque fois qu'il regardait dans le viseur : il y voyait l'horreur.

 [ Sources : AFP, L'Express, Courrier international ]

18:36 Écrit par Jean-Luc Bobin dans ACTU | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | |  Imprimer | Pin it! | | |

13/09/2012

L'indépendance de la Catalogne en marche à... grandes enjambées

Diada, Catalunya, Barcelona

© J.-L.B / Barcelona / Septembre 2012

Historique !
Du jamais vu dans la longue et tumultueuse histoire de la Catalogne.
En ce 11 septembre 2012, entre un et deux millions de personnes sont descendues dans les rues de Barcelone pour exiger de l'état espagnol l'indépendance.

Des hommes, des femmes et des enfants de tous âges et de toutes conditions sociales, réunis pour une "Diada" sans précédent.
Une véritable marée humaine  qui a, plusieurs heures durant, battu le pavé du Passeig de Gràcia en passant par la Plaça de Catalunya, la Via de les Corts, la Laeitana, la Plaça de Tetuan, le Passeig de Luis Companys, et le Parc de la Ciutadella.

Retour en images, vu du cortège, sur cette marche pour l'indépendance qui va désormais devenir l'inéluctable enjeu politique de ces prochaines années :

15:18 Écrit par Jean-Luc Bobin dans ACTU | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : barcelona, diada, independencia, indépendance, catalogne, barcelone | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | |  Imprimer | Pin it! | | |

30/08/2012

Décès de Malcom Browne, l'auteur du célèbre cliché de l'auto-immolation du moine bouddhiste vietnamien

 Malcom Browne, moine, monk, Vietnam
© Malcom Browne / AP

A quelques jours de l'ouverture officielle du festival Visa pour l 'image, Malcom Browne, l'une des figures marquantes du photojournalisme de l'agence Associated Press, vient de décéder à l'âge de 81 ans.
Browne avait acquis la notoriété grâce à la fameuse photo de l'auto-immolation dans la rue du moine Thich Quang Duc, protestant contre la persécution des bouddhistes par le Sud-Viêt Nam.

La force de ce cliché, diffusé dans le monde entier, avait eu un tel impact qu'il avait entraîné une réévaluation de la politique de l'administration américaine.
Le 10 juin 1963, Browne, qui couvre depuis plusieurs semaines les manifestations de moines bouddhistes, est alerté par un appel émanant d'une pagode qu'un événement important doit se produire le lendemain. Le correspondant d'AP avertit aussitôt une demi douzaine de ses collègues. Mais à l'heure dite, le photographe est le seul journaliste étranger présent au rendez-vous.
"Le lendemain, le président Kennedy avait la photo sur son bureau", racontera bien plus tard Malcom Brown, alors qu'on l'interrogeait sur les circonstances dans lesquelles il avait réalisé cette image.
J.-F.K. "a appelé Henry Cabot Lodge, qui était sur le point de partir pour Saigon en tant qu'ambassadeur américain, et lui dit : "Ce genre de choses doit cesser". Et ce fut le début de la fin du soutien américain pour le régime de Ngo Dinh Diem".
Son cliché lui vaudra cette année-là le prestigieux World Photo Award. Il sera ensuite récompensé par le prix Pulitzer.
Brown avait commencé sa carrière aux côtés du célèbre Hunter S. Thompson pour le journal Middletown Daily Record. Puis au sein d’International News Service et d’United Press. Pour finalement rejoindre l’agence Assiociated Press (AP) en 1960. 
En 1968, il intégra le staff due New York Times, pour lequel il couvrira les événements et les conflits majeurs du monde pendant plus de 30 ans. Notamment la Guerre du Golfe de 1991. S’attirant de nouveau les foudres de l’armée américaine.
Né à New York le 17 avril 1931, Malcom Browne est décédé le 27 août 2012 des suites de la maladie de Parkinson. Il "était un journaliste précis et déterminé dont le travail a été un exemple pour de nombreux journalistes couvrant la guerre au Viêt Nam", a déclaré Kathleen Carroll, vice-présidente et directrice de la rédaction pour AP.

  

17:27 Écrit par Jean-Luc Bobin dans ACTU | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : malcom browne, photojournalisme, vietnam, moine, bouddhisme, immolation | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | |  Imprimer | Pin it! | | |

22/08/2012

Tout ce qu'il faut savoir de l'édition 2012 de Visa pour l'image

Visa pour l'image, photojournalisme, Perpignan, photoClic-clac : clap sur la 24e édition du festival Visa pour l'image.
Du 1er au 16 septembre Perpignan va une nouvelle fois devenir, 15 jours durant, la capitale mondiale du photojournalisme.
Le scénario est aujourd'hui bien rodé. Avec comme temps fort une vingtaine d'expositions consacrées à des sujets incroyables, émouvants, dérangeants.  Des histoires poignantes. Des reportages souvent jamais vus ailleurs.
Mais Visa pour l'image, c'est aussi des soirées de projection mémorables dans le cadre somptueux du Campo Santo. Et aussi des  remises de prix, des rendez-vous, des conférences, des rencontres et des échanges à tout va sur l'avenir d'une profession de plus en plus fragilisée.
L'anecdote est de Jean-François Leroy, le directeur du festival. Il l'évoque dans son édito du dossier de presse  de la manifestation. Fin avril 2011, un directeur de la photo est viré du journal dans lequel il travaille. Motif invoqué par le DRH : "Ton métier n'existe plus". Il engage à sa place un jeune iconographe payé au SMIC. Raison avancée : "Parce que on a pas besoin d'un mec qui connaissent toute l'histoire de la photo".
Affligeant !
Ca veut dire quoi déjà DRH ? 

DECOUVREZ EN AVANT-PREMIERE LES PREMIERES IMAGES >>>

RETROUVEZ LE DOSSIER DE PRESSE COMPLET DE  l'EDITION 2012 >>>

19:05 Écrit par Jean-Luc Bobin dans ACTU | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | |  Imprimer | Pin it! | | |

10/08/2012

David sauveur, le photojournaliste agressé à Collioure est sorti du coma

david sauveur, photojournaliste, photgraphe

C'est la bonne nouvelle du jour. David Sauveur, le photojournaliste rennais qui avait été violemment agressé, le 3 août 2011 à Collioure, est récemment sorti du coma dans lequel il était plongé depuis près d'un an. 

Hospitalisé dans un premier temps à Perpignan après cette tragique soirée aucours de laquelle deux individus avaient tenté de lui voler son appareil photo, David lutte aujourd'hui chaque jour pour "reprendre le dessus", témoigne sa mère dans une interview accordée au site d'actualités photographiques actuphoto.com par le site "Traumatisé crânien grave, il est bien loin d'avoir retrouvé les énormes moyens dont il faut disposer pour pratiquer son art , précise-t-elle. "Quand on sait que l'acte photographique est une extraordinaire connexion cébrale de savoirs synthétisés et transmis en quelques secondes à un oeil et une main, quand on sait qu'une personne est construite par l'articulation de sa mémoire, que David est un homme cultivé et qu'il a toujours été habile de ses mains, qu'en adviendra-t-il quand ces enchaînements ont été brisé ?".

L'agression de David Sauveur avait, l'an dernier, suscité une vive émotion dans le milieu des photojournalistes français à quelque jours de l'ouverture du festival de "Visa pour l'image Perpignan ".
Dans la nuit du 2 au 3 août David Sauveur, 38 ans, venait de quitter le gîte où il était venu passer quelques jours. Il se baladait dans les ruelles de Collioure, appareil photo en main, lorsque son chemin chemin a croisé celui de plusieurs autres individus. Pour des motifs encore mal déterminés, une rixe aurait éclaté. Roué de coups, le photographe aurait alors chuté et sa tête aurait heurté la chaussée, lui faisant perdre connaissance.

" Ses agresseurs ont été incarcérés. Mais la justice est lente et les faits ne sont aujourd’hui pas établis ", poursuit sa mère. " David ne se souviendra jamais de ce qui est arrivé : il semble qu’il est médicalement prouvé que des chocs d’une telle violence sont effacés définitivement de la mémoire. Nous luttons pour obtenir la vérité sur cette affaire ".

Diffusé par l'agence photographique VU, David Sauveur a été récompensé par nombreux prix. Peu de temps avant son agression, il s'était rendu en Libye pour témoigner de la révolution. Il avait "couvert" l'Afghanistan, Israël, la Palestine, le Liban, les Balkans, la Grèce ou encore le Sierra Léone.

" Assisté par une équipe médicale remarquable, son état ne cesse d'évoluer, lentement, mais régulièrement de jour en jour. Il a retrouvé son sourire. Il reconnaît ceux qui s'adressent à lui même par mail. Il se souvient de ses travaux. Alors nous ne cessons d'espérer. Et se dire que dès qu'il aura un minimum de moyens, il saura faire avec une imagination qui a toujours été sa force ", conclut la mère de David qui a fait preuve, à son chevet, d'une ténacité remarquable  pour qu'il sorte des limbes dans lesquelles il était tombé.

A lire aussi sur le même sujet l'article de Michel Puech sur Mediapart >>>

  

17:15 Écrit par Jean-Luc Bobin dans ACTU | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : david sauveur, photographe, photojournaliste | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | |  Imprimer | Pin it! | | |

29/07/2012

Cette mandibule de 450 000 ans appartient à la mâchoire de l'homme de Tautavel

tautavel,homme de tautavel,préhistoire,professeur henry de lumley,mandibule

Nom de code : Arago 131. Pas vraiment poétique comme sobriquet. Mais c'est ainsi qu'a - très scientifiquement - été baptisée la cinquième mandibule extraite tout récemment de la grotte préhistorique de Tautavel. 
41 ans après la découverte du célèbre crâne âgé de 450 000 ans, voilà que l'équipe du professeur Henry de Lumley vient d'exhumer le 131e reste humaine de cette véritable caverne d'Ali Baba de la préhistoire.
Une découverte majeure qui devrait, notamment, "déterminer la variabilité morphologique du plus vieux des catalans", affirment les scientifiques.
Pas de raison d'en douter. 
Dont acte !
Sacrée mâchoire en tout cas

© J.-L.B / Tautavel / Juillet 2012

 

17:35 Écrit par Jean-Luc Bobin dans ACTU | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tautavel, homme de tautavel, préhistoire, professeur henry de lumley, mandibule | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | |  Imprimer | Pin it! | | |

19/07/2012

Hipstamatic et Instagram exaspèrent Jean-François Leroy

Jean-François Leroy, Visa pour l'image Perpignan

© J.-L.B / Perpignan / Patio de l'hôtel Pams

Il y a quelques semaines, Jean-François Leroy, le directeur du festival du photojournalisme Visa pour l'image Perpignan, accordait une longue interview à Olivier C.Laurent, News Editor au British Journal of Photography. Un entretien fleuve dans lequel JFI dressait un vaste panorama de l'édition 2012, mais s'exprimait aussi plus largement sur sa conception du photojournalisme.
Petit florilège de ses coups de coeur et de ses coups de gueule en la matière.
Comme à son habitude : il n'y va pas avec le dos de la cuillère. Du JFI dans le texte en somme.
Extraits :

Lire la suite

14:18 Écrit par Jean-Luc Bobin dans ACTU | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | |  Imprimer | Pin it! | | |

29/05/2012

une photo géante de la famille royale en bord de Tamise pour le jubilé de la reine Elisabeth

Londres, Reine Elisabeth, Tamise, Angleterre

La photo, en noir et blanc, mesure 100 mètres sur 70 et pèse près de deux tonnes. © Carl Court / AFP

Une photo géante de la famille royale, la "plus grande jamais exposée", a été installée sur les bords de la Tamise, en plein centre de Londres, à l'initiative d'un groupe privé qui s'offre ainsi un joli coup de pub à l'occasion du jubilé de la reine Elisabeth.
La photo en noir et blanc, qui mesure 100 mètres sur 70 et pèse près de deux tonnes, occupe toute la façade du "Sea Containers", un ancien hôtel des années 70 situé sur la rive sud du fleuve et actuellement transformé en établissement de luxe. Elle a été prise en 1977 par un photographe anonyme, à l'occasion du jubilé d'argent de la reine (25 ans de règne).
Visible de très loin à la ronde, elle représente la souveraine, son époux, le prince Philip, et leurs trois enfants, saluant la foule depuis un balcon.
 L'énorme photo, qui fait la joie des touristes et suscite des réactions contrastées sur internet, sert aussi à masquer les travaux en cours. Plus de mille bateaux venus de tout le Commonwealth doivent descendre la Tamise le dimanche 3 juin, derrière une barge sur laquelle aura pris place la famille royale.

Cette parade nautique sera le clou d'un long week-end de festivités, apogée des célébrations des 60 ans de règne d'Elizabeth.
© Source AFP 

10:06 Écrit par Jean-Luc Bobin dans ACTU | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : londres, tamise, reine elisabeth, jubilé | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | |  Imprimer | Pin it! | | |

01/05/2012

Dis papa, c'est quoi le "vrai" travail ?

perpignan,1er mai,manifestation,défilé,bonnet phrygien

"Prenez le pouvoir". "Vive le faux travail". "J'veux d'humain, j'veux du bonheur".
Le défilé du 1er mai a fait rues combles dans le centre-ville de Perpignan.
2 500 selon la police. 6 000 selon les syndicats.
Près de dix fois plus, en tout cas, qu'en 2011.
Coloré, festif, revendicatif, le cortège s'est déployé dans les artères de la préfecture roussillonnaise au son du tromblon et de l'accordéon.
Arrêt sur image.

© J.-L.B / Perpignan / Mai 2012

19:23 Écrit par Jean-Luc Bobin dans ACTU | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : perpignan, 1er mai, manifestation, défilé, bonnet phrygien | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | |  Imprimer | Pin it! | | |