18/11/2010

Soudure à l'arc dans le ciel des P.-O

arc-en-ciel-1.jpg

Sur la palette céleste du Grand Ordonnateur, un facétieux nuage noir s'en est venu brumiser sa pimpante boîte à malice de karandach.
Spectre...aculaire !!!
© J.-L.B / Perpignan / Haut-Vernet/ 16-11-2010


17:08 Écrit par Jean-Luc Bobin dans DECLICS | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ciel, nuage, arc-en-ciel, pyrénées-orientales, spectre lumineux | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | |  Imprimer | Pin it! | | |

16/11/2010

Canon veut rendre visible l'invisible et associer le réel au virtuel

canon-3d.jpgRendre visible l'invisible. Associer le réel au virtuel. Fichtre ! Annoncé, comme ça, tout de go, le concept a de quoi largement désarçonner. La 3D s'immisce certes chaque jour d'avantage dans notre univers. Déjà à travers le cinéma. Bientôt plus largement par écrans TV interposés. Mais de là à ce que notre quotidien bascule totalement dans la troisième dimension...
Utopique ? Pas si sûr ! Car Canon bosse sérieusement sur le sujet. Jusqu'à présent quelque peu absente, la firme nippone semble aujourd'hui bel et bien décidée à mettre les bouchées doubles. Récemment, à l'occasion de la Canon Expo 2010 qui s'est tenue à Paris, la Grande halle de la Villette s'est transformée en une véritable vitrine mondiale des technologies d'imagerie. Une exposition XXL, présentant, sur près de 8 000 m2, les grandes innovations de demain dans des secteurs aussi différents que la photo grand public, l'équipement professionnel, l'impression de production, la communication et la radio télévision ou encore les équipements médicaux et de sécurité.
Certains produits dévoilés semblent ni plus ni moins tout droit sortis d'un film de science fiction. Comme cet appareil stéréoscopique capable de capturer aussi bien de la photo que de la vidéo HD. Pour profiter de ces images 3D ainsi capturés, Canon a développé des lunettes spéciales qui permettraient - dixit la doc officielle ! - de profiter de la " réalité augmentée interactive ", une technologie susceptible de rendre " visible l'invisible ". Bigre ! Qu'est-ce à dire ? Toujours selon la terminologie de la marque, " les mondes réels et virtuels sont réunis pour offrir une expérience visuelle dans laquelle l'utilisateur peut non seulement voir les images dans un espace visuel, mais aussi les contrôler et les créer ". Ce concept de Réalité Mixte de Canon fait appel à un visiocasque muni de caméras intégrées et à un ordinateur de traitement des donnés vidéo permettant de " fusionner réel et virtuel ".
Pour l'instant, seuls quelques rares privilégiés triés sur le volet ont pu - ou non ! - vérifier la véracité du propos. Pour le péquin moyen il faudra sans doute encore attendre un peu. Espérons pas trop longtemps quand même !!! © Canon Expo 2010

18:50 Écrit par Jean-Luc Bobin dans HI-TECH | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : canon, 3d, vidéo hd, technologie, canon expo 2010 | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | |  Imprimer | Pin it! | | |

15/11/2010

La Chine à marche forcée vers l'économie de marché !

chine.jpgC'était la semaine dernière. La firme américaine de prêt-à-porter Gap ouvrait sa première boutique à Shanghai. Pas vraiment étonnant. Le marché de la mode est en pleine expansion en Chine. Il représente une manne de cinquante milliards de dollars. C'est dire ! La plupart des marques de luxe y sont donc bien sûr présentes. Mais c'est cette fois au tour d'enseignes plus grand public, comme Zara, Uniqlo ou H&M, d'y faire leur rentrée. Le succès ne s'est pas fait attendre. Les files d'attente s'allongent à l'extérieur des boutiques. La classe moyenne chinoise consomme. Et qui plus est, raffole des marques étrangères. Alors...
Une aubaine pour Gap dont les ventes marquent actuellement le pas aux Etats-Unis. Ses dirigeants envisagent par conséquent d'implanter d'autres magasins à Shanghai. Mais aussi à Pékin et Hongkong. On en dénombre aujourd'hui plus de 3.000 à travers le monde. Pour la petite histoire, Gap.Inc basé à San Francisco a été fondé en 1969 par Donald Fischer car selon la légende il ne trouvait pas de jeans à son goût. Le nom lui aurait été soufflé par sa femme en référence au " generation gap ", le fossé entre les générations
. © AFP Photo / Frédéric J.Brown

18:45 Écrit par Jean-Luc Bobin dans L'IMAGE DE LA SEMAINE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : chine, shanghai, gap, prêt à porter, mode, vêtements, jeans | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | |  Imprimer | Pin it! | | |

13/11/2010

Escapade buissonnière en Haut-Conflent

train-jaune.jpg

Là-bas, l'automne crachouille sa froidure et sa grisaille à la barbe de passants pressés-frigorifiés. Tandis qu'ici, un brin provoc, l'été s'complait à jouer les prolongations. Comme un ultime pied-d'nez à l'immuable cycle des saisons.
Là haut, dans les replis sinueux du massif pyrénéen du Conflent, la météo prend un malin plaisir à cramoisir l'horizon.
Pas d'temps à perdre. Il sera bientôt trop tard ! Paré pour une escapade buissonnière par monts et par vaux ?
Quelque part, à l'aplomb d'un ancien village minier et à l'orée d'une coulée de jeunes pins, la rosée du matin a fait éclore par poignée de délicieux lactaires. Ils finiront, le soir même, poivre et sel grillés à la braise.
Dans les sous-bois d'un large chemin forestier, châtaigniers, hêtres et cerisiers sauvages rivalisent d'impertinence pour incendier la futaie. 
Cap plus loin en direction de Fontpédrouse, alanguie autour de son clocher en contre-bas de la 116. La route y part à l'assaut de Prats-Balaguer. Petit détour par la massive chapelle romane adossée au cimetière fraîchement fleuri par la Toussaint. L'envie d'emprunter un sentier muletier se fait brusquement sentir. A la recherche de cet Eden perdu, fait de murets de pierres, d'abris de bergers, de cascades et de sources d'eaux chaudes sulfureuses. Et s'y baigner nu, dans ces vasques improvisées, sous le regard de chevreuils effarouchés.
Courte halte à Saint-Thomas avant d'emprunter les lacets qui rallient vers Sauto. D'ici, laisser plonger le regard vers l'abime. Espérer, en apercevant le pont Séjourné, assister au passage du train jaune. Et soudain, se frotter les yeux pour bien y croire ! Il est des jours, comme ça, que l'on peut qualifier de magiques !
De là, pousser jusqu'à la Llagonne avant de plonger vers les belles austères et rebelles Garrotxes.
A la lumière rasante, Caudiès, Railleu et Ayguatébia rougeoient dans leurs parures de schistes et d'ardoises. Retour et passage obligé par Olette avant de quitter, presque à regret, le lit de la Têt pour faire un ultime crochet par Vernet, Fillols, Taurinya.
Comme un prétexte pour s'en venir alors effectuer au passage une dernière halte dans les vergers jouxtant l'abbaye de Saint-Michel de Cuixa.
Allé-é-luia !
© J.-L.B /Novembre 2010

 

03/11/2010

Voilà pourquoi Dali a décrété que la gare de Perpignan était le centre du monde

8 février 1970. Il est là, assis dans un fauteuil rococo, à déclamer un flot ininterrompu d'élucubrations surréalistes. Puis, théâtral, se saisit d'un téléphone kitchissime. Feint alors une conversation avec une interlocutrice. Lui assène quelques formules bien senties. Et, grandiloquent fait brusquement l'apologie de la chasteté. Mais soudain : lassé, la rabroue d'une phrase cinglante.
En face, Le professeur Henry Laborit ne moufte pas. L'anticonformiste médecin chirurgien neurologiste n'a d'yeux que pour lui. Lui, Salvador Dali ! Il lui sert du Maître à tout bout de champ, loue son appétence pour la chose scientifique tout en dissertant sur les vertus du venin d'abeille sur la texture des gouttes de peinture.
Enôôôôrme !!!
Cette conversation fait partie de quelques-unes des vidéos cultes qui composent le formidable fonds d'archives de l'Institut national de l'audiovisuel. Un véritable trésor qui bénéficie désormais d'une nouvelle lisibilité avec la signature, le mois dernier, d'un accord de partenariat entre l'INA et Dailymotion.
Grâce à cette collaboration, c'est pas moins de 50 000 documents audiovisuels qui seront disponibles dont, notamment, tous les journaux télévisés diffusés entre 1971 et 2008. Une initiative susceptible d'élargir l'audience des vidéos de la première plate-forme française de partage, surtout en direction des plus jeunes.
En farfouillant dans le moteur de recherche du site de l'INA on tombe sur de véritables pépites. De purs joyaux.
Quelques exemples ?
Y figurent, pêle-mêle, de mémorables finales de rugby à XIII entre frères ennemis audois et catalans. Les conditions de vie des harkis. Les inondations dans l'Aude et les P.-O. Le discours de De Gaulle à Narbonne en 1960. L'accueil en 65 de jeunes Tibétains dans un hameau mystérieux du Conflent situé au-dessus de Mosset. Une balade dans les rues de Carcassonne avec Gaston Bonheur évoquant sa rencontre avec Joë Bousquet. Les meetings de Mitterrand à Carcassonne et Perpignan en 1981.
Et tant d'autres choses encore...
8 janvier 1978. Salavador Dali est interviewé pour France 3 Région par Pierre Boulang et Pierre Naville. La discussion porte sur l'Extrême-Orient. Provocateur, Dali coupe ses interlocuteurs et lâche, "permettez moi, au regard de l'histoire de l'art, de passer cette période sous silence". Et surenchérissant, poursuit. "L'Orient : zéro, table rase ! Le foyer de notre civilisation c'est la Méditerranée et la gare de Perpignan, sans laquelle nous serions tous aujourd'hui en Australie, entourés de kangourous".
Précision : "Au moment où s'est formé le golfe de Biscaye, lors de la fameuse dérive des continents, seul Perpignan a tenu le coup. Si cela n'avait pas été le cas, nous ne serions plus ici ".
Fichtre ! 
Ca fout encore et toujours un choc de le savoir...

 

17:49 Écrit par Jean-Luc Bobin dans CURIOSITES | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : perpignan, salvador dali, vidéo, ina, archives, surréalisme, peinture, télévision | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | |  Imprimer | Pin it! | | |

01/11/2010

Avis de recherche

carrousel.jpg

C'est désormais devenu une des portes d'entrée obligée sur le monde. Comment aujourd'hui avoir la vanité de tenter vouloir l'explorer par le prisme du web sans être, au préalable, passé par ce fameux moteur de recherche afin d'en dégoter la clé ? Un espace vierge dans lequel on s'en vient tapoter, comme ça, à la volée, un-mot-une-idée. Une case blanche, quelques lettres extraites des touches d'un clavier, et hop : le tour et joué ! Sésame : ... ouvre toi !
Google fait en l'espèce assurément référence en la matière. Simple, efficace mais pas forcément très fun ou très sexy sur le plan visuel. Surtout lorsque l'on aspire à surfer sur un océan d'images.
Quelques développeurs free-lance viennent fort heureusement, de temps à autre, mettre leur grain de sel et leur brin de fantaisie pour égayer ces environnements parfois un peu austères.
Ainsi, Felix Tuner, un jeune ingénieur basé comme il se doit en Californie. Spécialisé dans la création d'applications innovantes et interactives, il a conçu un petit module de recherche adossé à Flickr, la phénoménale plateforme de partage d'images qui revendique 4 milliards de photos en ligne. Le fruit des ses élucubration est tout bonnement bluffant.
Visite guidée.
D'abord, une page d'accueil. Toute noire. Simple. Dépouillée. Mais d'emblée intuitive. Au centre : un rectangle blanc. On vous invite à rentrer un mot clé, voir deux ou trois séparés par une virgule. Puis, de cliquer sur " Go ".
On essaie ? Allez : " Carcassonne, Cité ". Bingo : Le moteur renvoie 105 images. De toute beauté. Un recul de la souris, et là, comme par magie, apparaît sous forme de carrousel une succession d'occurrences ou de tags associés, comme une invite à poursuivre cette expédition en terra inconita...
Grisant et ludique. On se laisse facilement prendre au jeu.
Tiens : voyons, et si on essayait " Perpignan, Castillet ". Wouhaou ! 291 retours. Et "Gruissan, Chalets " : ça marche. Aussi ! 33 photos dont de superbes couchers de soleil.
" Fontfroide " a nettement plus de succès. 1346 photos de l'abbaye y sont dûment répertoriées. Loin devant le " Train jaune " qui n'en n'affiche que 222.
Avec seulement 66 clichés " Carcassonne, Feu d'Artifice " semble faire figure de parent pauvre. Mais quel spectacle ! La palme d'or revient sans doute à " Collioure " qui peut s'enorgueillir de 12 592 images référencées. Quasiment pas un village de l'Aude et des P.-O qui ne s'y donne à voir.
Des doutes ? " Chalabre ", " Villerouge  Termenès " ou " Escaro " ne seront en tout cas pas l'exception qui aurait éventuellement pu confirmer la règle...

Pour accéder au moteur de recherche Airlight interactive cliquer Ici >>>