16/03/2012

La photographie judiciaire du voleur de la Joconde achetée 3.825 € par un Italien

La photographie d'identité judiciaire de Vincenzo Peruggia, l'ouvrier italien qui avait volé la Joconde au musée du Louvre en 1911, a été adjugée 3.825 euros à un acheteur italien, a annoncé ce vendredi la maison d'enchères parisienne Tajan, organisatrice de la vente.
La photographie, qui montre Peruggia de profil et de face, a été prise en 1909 par Alphonse Bertillon (1853-1914), inventeur de la méthode du fichage anthropométrique. L'été dernier, le personnage de Peruggia a été le héros d'une pièce de théâtre le décrivant comme un patriote. La pièce a été présentée à Dumenza, sa ville natale, en Lombardie (nord de l'Italie). (AFP)

16:27 Écrit par Jean-Luc Bobin dans CURIOSITES | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | |  Imprimer | Pin it! | | |

15/03/2012

XV vs XIII / USAP vs Dragons : destins croisés...

rugby à xv,rugby à xiii,usap,dragons catalans,sport,perpignan

Tout aujourd'hui les oppose. L'USAP vit comme un cauchemar cette fin de saison en Top 14.Onzièmes du championnats, les joueurs du président Paul Goze vont devoir batailler jusqu'au bout pour éviter l'humiliation d'une relégation à l'étage inférieur.
Les Dracs, eux, crachent le feu en ce début de compétition.
Actuellement dans le top five de la Super league, les hommes du boss Bernard Guasch n'ont jamais été aussi forts. Le club n'a-t-il pas été consacré meilleure formation de la Super League la saison dernière ? Beaucoup les verraient bien cette saison décrocher le Graal. Et si cette année était celle du Dragon ?
Terre d'ovalie, Perpignan cultive le culte des deux rugby. Evocation et arrêt sur images de ces deux destins croisés à la veille du déplacement de l'USAP à Clermont et la réception de Hull KR par les Dragons.
© J.-L.B / Perpignan / Mars 2012

18:57 Écrit par Jean-Luc Bobin dans SPORT | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : rugby à xv, rugby à xiii, usap, dragons catalans, sport, perpignan | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | |  Imprimer | Pin it! | | |

13/03/2012

La photo anthropométrique du voleur de la Joconde mise en vente aux enchères

joconde,photo anthropométrique,vincenzo peruggiaElle est estimée entre 1 500 et 1 800 euros. Mais sera vendue bien plus chère. Combien ? Réponse, ce jeudi 15 mars, sur le coup de 15h00. C'est en effet ce jour là que sera mise aux enchères la photo d'identité judiciaire de Vincenzo Peruggia.
Vincenzo qui ? Vincenzo Perrugia : bon sang, mais c'est bien sûr ! Le peintre en bâtiment italien qui avait volé la Joconde, le 21 août 1911.
La photographie a été réalisée deux auparavant. Par un certain Alphonse Bertillon, le fameux inventeur de la méthode de fichage anthropométrique. Lequel est appelé, en personne, à venir effectuer des relevés détaillés sur la scène "du crime" au musée du Louvre.
Et que découvre alors notre Horacio Caine de l'époque ? On vous le donne en mille. Une belle empreinte de pouce sur la vitre qui protégeait le tableau. Trop beau pour être vrai ? Sans doute. Car la police n'exploite pas l'indice. Grossière bévue des flics parisiens. Bingo : le Vicenzo était déjà fiché depuis deux ans par la police.

Pendant deux ans Perrugia cache le tableau chez lui à Paris. Histoire de se faire un peu oublier. Puis, croyant l'affaire tassée, se décide en décembre 1913 à prospecter auprès d'antiquaires italiens pour leur refourguer la Joconde.
C'est en voulant vendre la toile à un antiquaire de Florence qu'il se fait arrêter. Jugé en Italie, l'ouvrier affirme alors avoir agi par patriotisme. Pour sa peine, il écope de sept mois de prison ferme.

L'oeuvre argentique réalisée par Bertillon est de petite taille (123X54 mm). Format carte de visite. Mais devrait faire flamber les prix compte tenu de la renommée de la Joconde et l'aspect insolite du fait divers.
Le même jour, 177 autres photographies seront dispersées à la salle des ventes de l'Espace Tajan, rue des rue des Mathurins, dans le VIIIe arrondissement de Paris.

Les estimations s'échelonnent entre 300 et 40 000 euros.  

17:32 Écrit par Jean-Luc Bobin dans CURIOSITES | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : joconde, photo anthropométrique, vincenzo peruggia | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | |  Imprimer | Pin it! | | |

05/03/2012

Haut les mains : ou comment joindre le geste à la parole...

paul ripke,hands up,doigts,gestes,visages,codes,tribusPaul Ripke fait partie de ces photographes qui excellent dans l'art de perturber le regard. Brouiller les pistes, bidouiller dans les artefacts des grilles de lecture, est devenu, chez lui, comme une seconde nature.
Non pas tant à la prise de vue. Qu'il veut ouvertement classique. Sobre et efficace, en studio, ponctuée d'éclairages léchés.

En revanche, dès lors qu'il s'agit de conceptualiser la chose, notre homme aime à se laisser griser par le long et fastidieux travail de post production.
Avec sa série Kindskoepfe (Grands enfants) le photographe allemand s'était déjà ingénié à inverser les rôles en proposant une série de photo-montages dans lesquels les enfants jouent le rôle de parents et inversement. Troublant !
Un peu dans la même veine son projet Hands Up dresse une galerie de portraits encore plus déroutants.
Le visage, ici, disparaît au profit de la main qui reprend à son compte les éléments de langage comme autant de signes de ralliement et d'appartenance à un clan.
Révélateur de la diversité socioculturelle de nos société, son travail décrypte ces codes en adéquation avec le look de ceux qui les arborent.

Ici, une surfeuse, le corps huilé et bronzé, affiche le signe hawaïen " shaka ", signifiant " relax ", " cool ", détends-toi".
Là, deux doigts légèrement écartés expriment la proclamation de l'amour libre et la haine de la guerre sur une robe à fleurs popularisée par le mouvement hippie.
Ailleurs, plus inquiétant, on découvre un adepte de heavy metal exprimant un geste de conjuration du mauvais sort popularisé par le chanteur Ronnie James Dio. Ou encore, ce majeur outrageusement pointé en l'air par un gros aux bras tatoués, dont on imagine aisément qu'il doit afficher une capacité cérébrale inversement proportionnée à sa forte corpulence.

Volontairement réducteurs, les diptyques que Paul Ripke se veulent aussi ouvertement provocateurs. Mais nous questionnent, à l'évidence, sur nos rapports aux autres et de la perception que l'on s'en fait dans notre environnement quotidien.

17:27 Écrit par Jean-Luc Bobin dans CURIOSITES | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : paul ripke, hands up, doigts, gestes, visages, codes, tribus | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | |  Imprimer | Pin it! | | |