17/04/2012

Massoud Hossaini distingué par le Pulitzer pour la photo de cette fillette en pleurs après un attentat suicide à Kaboul

photojournalisme,kaboul,afghanistan,massoud hossaini,pulitzer

Le photographe de l'AFP Massoud Hossaini a été distingué cette semaine à New York par un prix Pulitzer, l'une des récompenses américaines les plus prestigieuses en matière de journalisme, pour la photo d'une fillette en pleurs après un attentat suicide à Kaboul en décembre.
Ce prix, dans la catégorie "photographie breaking news", récompense la photo "déchirante d'une fillette pleurant de peur, après un attentat suicide à Kaboul", a précisé le jury.
C'est la première fois que l'AFP remporte un prix Pulitzer. "Une simple photo, fascinante, dont on se souvient longtemps", a déclaré lors d'une conférence de presse le responsable du prix, Sig Gissler. Dans un message de félicitations, le PDG de l'Agence France-Presse, Emmanuel Hoog, a estimé que "le prix Pulitzer qui honore cette année l'un des plus courageux et brillants journaliste-photographes de l'AFP, Massoud Hossaini, montre combien notre exigence de qualité et d'engagement couvre et doit couvrir toutes les disciplines du talent journalistique d'aujourd'hui. Bravo et félicitations à Massoud Hossaini". "Aujourd'hui, dans le domaine de l'information, le texte sans image est pauvre, l'image sans texte est insuffisant, les deux rassemblés - et pour l'image, qu'elle soit fixe ou animée - constituent l'exigence journalistique du XXIe siècle", a-t-il ajouté. De son côté, Massoud Hossaini s'est dit "extrêmement heureux d'être le premier Afghan à remporter un Pulitzer". "Je suis aussi honoré d'être un Afghan qui puisse témoigner de la vie et des moments difficiles auxquels les gens font face ici. Je sais que quiconque verra cette photo pensera d'abord au photographe, mais j'espère vraiment qu'ils n'oublieront pas la souffrance endurée par le peuple d'Afghanistan".
Massoud Hossaini, 30 ans, photographe du bureau de l'AFP dans la capitale afghane, y couvrait une procession chiite le 6 décembre dernier lorsqu'un kamikaze s'est fait exploser. "Je couvrais les célébrations de l'Achoura, au cours desquelles des hommes se flagellent avec des chaînes (terminées par des lames), quand soudain il y a eu une énorme explosion", avait à l'époque raconté le photographe. Plusieurs centaines de personnes étaient rassemblées pour assister à la procession, près d'un sanctuaire chiite dans le centre-ville. "Les gens s'enfuyaient et moi je courais dans le sens inverse", avait ajouté Massoud Hossaini, qui s'était précipité vers le lieu de l'explosion, survenue quelques dizaines de mètres derrière lui pendant qu'il photographiait la procession. "Immédiatement, j'ai vu de nombreux corps par terre, beaucoup de gens en pleurs, d'autres prenaient des photos ou des films avec leurs téléphones portables, des gens criaient "A mort Al-Qaïda!", +A mort les talibans!"".
L'attentat avait fait près de 70 morts, le plus meurtrier en Afghanistan depuis un attentat contre l'ambassade d'Inde en juillet 2008. "Au bord de la chaussée, non loin de la mosquée, il y avait un endroit où des femmes et des enfants étaient rassemblés pour regarder la procession. J'ai vu de nombreux enfants blessés, qui ne bougeaient pas", selon le photographe. "J'ai vu une fillette d'une douzaine d'années, Tarana, totalement en sang, elle ne savait pas quoi faire (...) elle pleurait beaucoup". C'est elle qui figure sur la photo qui a valu le Pulitzer à Massoud Hossaini. Cette photo lui avait déjà valu d'être distingué au World Press Photo Award 2011, en février dernier, avec le deuxième prix dans la catégorie "Information". 

16:45 Écrit par Jean-Luc Bobin dans ACTU | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : photojournalisme, kaboul, afghanistan, massoud hossaini, pulitzer | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | |  Imprimer | Pin it! | | |

22/02/2012

Tué en Syrie, le photographe Rémi Ochlik avait été révélé par Visa pour l'image

 Rémi Ochlik

Rémi Ochlik , âgé de 21 ans,  pendant le Festival Visa Pour l'image Perpignan et, plus récemment, portraituré par le photgraphe de l'AFP Lucas Mebrouk Dolega.
 © J.-L.B / Perpignan / Septembre 2004
 

" Tu m'appelles pour Rémi ? ".
" Euh ...oui "
(…) (silence) (...)
" Je suis désolé, mais, là, je n'ai rien à dire. Je suis avec toute l'équipe. Nous sommes abattus. Consternés ". Au bout du fil, Jean-François Leroy, le boss d'Images Evidence et directeur du Festival de Photojournalisme Visa pour l'image Perpignan, a la gorge nouée par l'émotion. Quelques heures plus tôt, il a appris le décès de Rémi Ochlik, touché par une roquette en Syrie lors d'une offensive de l'armée de Bachar el-Assad sur la ville d'Homs. Le jeune photographe français, tout juste âgé de 28 ans, a été tué dans le pilonnage du quartier de Baba Amro, en compagnie de la reporter de guerre américaine Marie Colvin, 55 ans, correspondante de CNN.
"J'en ai marre, je suis fatigué qu'on m'appelle chaque fois qu'un mec meurt. Tous ces photographes, malheureusement on les connaît, on les aime. "
Des sanglots dans la voix J.-F.L , ne trouve pas les mots. " Qu'est-ce que tu veux que je te dise. Rémi : on avait montré son travail sur Haïti en 20O4 à Visa pour l'Image ". 
Un sacré tremplin pour Ochlik alors âgé de 21 ans, encore étudiant à l'ICART (Institut supérieur des Carrières Artistiques), parti seul quelques mois auparavant couvrir les émeutes de Port-au-Prince. Ses photos, extrêmement fortes, font pressentir un regard singulier et une écriture très personnelle.
" Ma mère pensait que j'étais parti pour faire de l'illustration en République Dominicaine ", confiait-il à l'époque, en riant, lors d'une discussion à bâtons rompus dans le patio du Couvent des Minimes de Perpignan. 
Prises au grand angle, ses images vont à l'essentiel. Brutes de décoffrage, elles témoignent de l'horreur dans laquelle vient de sombrer Haïti. Certaines sont à la limite du soutenable. Un engagement sans concession, rare chez un photographe débutant. " Mes premières photos étaient floues. Je ne sais pas pourquoi. C'était sûrement un mélange  d'excitation et d'émotion ". Puis, au fur à mesure, Rémi prend ses marques. Affine ses cadrages. Apprend son boulot dans le sang, la boue et les larmes.
L'année suivante, Ochlik décide de franchir définitivement le pas en cofondant l'agence IP3 Press, dont l'objectif est de couvrir les événements à Paris et les conflits dans le monde. " Il avait envie de bouffer du terrain. Ce métier, il le transpirait, il l'aimait profondément " confie à l'AFP son confrère Franck Medan.
Début février, son talent est couronné par l'obtention du prestigieux World press dans la catégorie " Général news, Stories " pour son stupéfiant reportage sur les événements du Printemps arabe en Libye. " On avait prévu de manger ensemble pour fêter ça ", lâche Jean-François Leroy, toujours sous le coup de l'émotion. "Rémi, c'était vraiment un type rare. Un gars formidable ".
Flash-back. Septembre 2004. Carrure frêle, visage glabre appuyé par une barbichette naissante et un piercing sous la lèvre inférieure, Rémi Ochlik semblait à peine sorti de l'adolescence. Il avait 20 ans et était convaincu de faire le plus beau métier du monde. Confidence : " La guerre est pire qu'une drogue. Sur l'instant, c'est le cauchemar. Une fois le danger passé, on meurt d'envie d'y retourner. Il y a une force incompréhensible qui nous pousse à y revenir ".
Des propos étonnamment lucides et prémonitoires.

Voir le site de Rémi Ochlik >>>

    

18:49 Écrit par Jean-Luc Bobin dans ACTU | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : rémi ochlik, syrie, visa pour l'image, photojournalisme | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | |  Imprimer | Pin it! | | |

12/02/2012

Le Catalan Samuel Aranda récompensé par le World Press Photo de l'année 2011

world press photo, Samuel ArandaC'est sans doute l'un des prix le plus prestigieux qui puisse être attribué à un photojournaliste. Cette semaine, le World Press Photo de l'année 2011 a été décerné au Catalan Samuel Aranda pour un image particulièrement émouvante. Elle représente une femme tenant un parent blessé dans ses bras. Ce cliché a été pris le 15 Octobre 2011, à Sanaa, à l'intérieur d'une mosquée transformée en hôpital de campagne par des opposants au régime du président Ali Abdallah Saleh. Photographe freelance, Samuel Aranda qui est représenté par Corbis Images, couvrait les événements yéménites pour le compte du New York Times. Agé de 32 ans, ce Barcelonais a commencé à faire ses premières armes photographiques à 19 ans pour des journaux catalans tels que El Periodico de Catalunya.
En 2004, il intègre le staff de l'AFP et couvre plusieurs conflits et mouvements sociaux, à la fois en Espagne, mais aussi au Pakistan, dans la bande de Gaza, au Liban, en Irak, dans les territoires palestiniens, au Maroc ou en Chine.
En 2006, son travail consacré aux immigrants africains cherchant à rallier l'Europe est récompensé par plusieurs prix. Le festival Visa pour l'image de Perpignan le propulse sur la scène internationale et ses images sont publiées dans un documentaires de la BBC.
Un pied à Barcelone et l'autre en Tunisie, Samuel Aranda collabore aujourd'hui régulièrement pour des journaux aussi réputés que The New York Times, Le Monde, Newsweek, Stern, Geo ou La Vanguardia.

19:32 Écrit par Jean-Luc Bobin dans ACTU | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : world press photo 2011, samuel aranda, photojournalisme, visa pour l'image perpignan | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | |  Imprimer | Pin it! | | |

27/01/2012

La NASA réalise une image de la terre de 64 mégapixels

terre, earth, The blue marble, nasaC'est "la plus stupéfiante image en haute définition de la Terre". Dixit les scientifiques du Centre de vols spatiaux Goddard. En découvrant le cliché posté sur le compte Flickr de cet organisme créé par la NASA on ne peut que souscrire. Notre chère et gironde planète bleue s'y dévoile, là, sans pudeur, en hyper-mega def ' en 8.000 x 8.000 pixels. Du jamais vu jusqu'à lors. Magnifique !
Cette photographie de 64 mégapixels est le fruit d'un assemblage de plusieurs images prises, ce mois-ci, par le satellite de nouvelle génération "Suomi-NPP". Satellite normalement dédié à la recherche climatique et aux prévisions météorologiques. 

L'engin spatial a été lancé en octobre dernier et devrait rester en service pendant cinq ans. Il tourne actuellement sur orbite à environ 800 kilomètres de la Terre. Laquelle a donc été immortalisée au moyen du VIIRS (Visible Infrared Imager radiometer Suite), un instrument d'imagerie infrarouge.
Le plus beau cliché de la Terre était jusqu'ici la fameuse "The Blue Marble" (littéralement "La Bille bleue") qui s'affiche aujourd'hui encore sur nombre fonds d'écrans d'ordinateurs. Il s'agit d'une photo réalisée en 1972 par les astronautes d'Apollo 17.

Autant dire une éternité !...

Télécharger l'image au format original >>>

16:57 Écrit par Jean-Luc Bobin dans ACTU | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | |  Imprimer | Pin it! | | |

01/11/2011

Paix à nos âmes

cimetière, croix, mort, tombes

Y a-t-il une vie après la mort ?
Suis vraiment pas pressé d'y répondre !
Avec la Grande faucheuse c'est depuis ma naissance à la vie à la mort !
Qu'elle n'oublie pas d'passer un bonjour dédaignieux d'ma part à Yama, Thanatos, Odin, Anibis, Pluton ou Yanluowang.
RIP vieille crapule...

© J.-L.B / Cimetière Saint-Martin, Perpignan / Novembre 2011 

17:06 Écrit par Jean-Luc Bobin dans ACTU | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : toussaints, mort, cimetière, perpignan, tombes, croix | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | |  Imprimer | Pin it! | | |

18/10/2011

Egypte : le désert... touristique

Egypte-montage.jpg

A l'instar de la Tunisie les touristes ont déserté l'Egypte.
La révolution du 25 janvier dernier a eu pour conséquence directe de clouer à quai l'impressionnante noria de bateaux croisière qui, depuis des décennies, descendaient et remontaient le Nil entre Louxor et Assouan dans les deux sens. Les récents affrontement du Caire entre coptes et musulmans, ainsi que la persistance de mouvements fondamentalistes dans le centre du pays, risquent, désormais, d'être fatal à un secteur économique crucial pour le rétablissement de la démocratie. Pas de quoi néanmoins de sombrer dans la paranoïa ambiante.
Sur son site internet le Ministère français des Affaires étrangères confirme "que les séjours dans les grands centres touristiques ne posent pas de problème. La zone de la Mer Rouge connaît une situation normale, de même que les villes de Louxor et d’Assouan. Il n’y a donc pas d’objection à s’y rendre par voie aérienne". Les déplacements routiers, en particulier en Moyenne Egypte, sont en revanche déconseillés. "Suez et ses environs ont régulièrement connu des regains de tension : récemment, des routes d’accès à la ville ont été coupées à deux reprises". La zone du Nord Sinaï (à l’exception de Taba) est quant à elle le théâtre de troubles récurrents. Les récents incidents du 18 août 2011 à la frontière israélo-égyptienne incitent à une attitude de vigilance. "Ces régions doivent être évitées", préconise le ministère.
Pourquoi donc ne pas profiter des prochaines vacances de la Toussaints pour partir à la découverte du Pays des Pharaons ?
Les agences de voyages proposent des séjours à prix cassés. Les bonnes affaires fleurissent sur le net.
Une occasion inédite de descendre le Nil en felouque, en sandal ou en bateau à aube; et l'assurance de visiter les tombeaux de la vallée des Rois en toute quiétude.
Presque comme lorsque l'archéologue Howard Carter mettait à jour la sépulture de Toutânkhamon en 1922 ! C'est dire...

DIAPORAMA >>>
VIDEO >>> 


© J.-L.B / Egypte / Septembre 2011 

17:05 Écrit par Jean-Luc Bobin dans ACTU | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : egypte, nil, assouan, louxor, pharaons | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | |  Imprimer | Pin it! | | |

07/09/2011

09/11/01 dix ans après

new-york,11 septembre,attentats du world trade center,pompiers new-yorkais,manhattan


Dix ans après les attentats du 11 septembre qui ont fait près de 3000 victimes, les New-yorkais tentent de tourner la page. Mais à proximité de Ground zero, l'émotion reste palpable.
Récit en images à quelques jours des commémorations.

© J.-L.B / NYC/ mai 2011. 

19:12 Écrit par Jean-Luc Bobin dans ACTU | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : new-york, 11 septembre, attentats du world trade center, pompiers new-yorkais, manhattan | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | |  Imprimer | Pin it! | | |

03/09/2011

Martina Bacigalupo : l'Ouganda à fleur de peau

Martina Bacigalupo

C'est l'une des expos les plus poignantes de cette 23e édition du festival du photojournalisme Visa pour l'image. Une véritable ode à la vie. Une série intimiste de 34 clichés qui raconte le quotidien d'une femme ougandaise à qui la guerre civile a tout pris : ses deux maris, un fils et une jambe déchirée par les éclats d'acier d'une mine anti-personnelle. Aujourd'hui seule, malgré son handicap, elle trouve l'énergie incroyable de se battre pour que survivent ses cinq enfants, ses dix petits enfants, sa mère, l'un de ses frères et deux de ses filleuls. Une femme étonnante.
Son histoire, le récit de son quotidien, nous est narré avec tendresse et complicité par Martina Bacigalupo, jeune photographe italienne de l'agence VU, basée depuis 4 ans au Burundi. (...)

Lire la suite

10:21 Écrit par Jean-Luc Bobin dans ACTU | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : martina bacigalupo, visa pour l'image, perpignan, photojournalisme, ouganda, couvent des minimes | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | |  Imprimer | Pin it! | | |

31/08/2011

Vol au dessus d'un nid de fous...de Bassan

Fou de Bassan, Visa pour l'image Perpignan, World press photo

C'est l'une des photos de l'année. Un cliché tout à la fois intriguant et fascinant. Presque irréel. Cette image d'un fou du Bassan, en position " d'atterrissage " sur une plage des îles Malgas, en Afrique du Sud, a décroché le prestigieux world press 2011 dans la catégorie Nature.
Elle est l'oeuvre du photographe Allemand Thomas P. Peschak qui collabore au National Geographic.
Une vraie bouffée d'oxygène que ce cliché saisi à ...la volée et qui détonne, assurément, dans la succession d'images, nettement plus dramatiques et oppressantes, exposées dans le cadre du 23e festival de Photojournalisme Visa pour l'image Perpignan.
L'ensemble des photos récompensées par le World press 2011 est visible au Couvent des Minimes.
A voir.
Absolument.
Sans plus attendre.

© J.-L.B / Perpignan / Août 2011 

18:55 Écrit par Jean-Luc Bobin dans ACTU | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : visa pour l'image, perpignan, fou de bassan, world press photo 2010 | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | |  Imprimer | Pin it! | | |

01/08/2011

A ta santé Quincy !!!

Quincy Jones, Festival Castell de Peralada

Il est l'un des derniers monstres sacrés du jazz de la soul et de la pop réunis. Un monument ! Musicien, arrangeur, compositeur et producteur, Quincy Jones arbore une biographie XXL de la taille d'un annuaire téléphonique.
Ami d'enfance de Ray Charles avec qui il fonda un combo; trompettiste dans l'orchestre de Lionel Hampton; engagé par Dizzy Gillepsie; arrangeur - entre autres... - de Franck Sinatra ou Barbara Streisand; producteur du Thriller de Michael Jackson; compositeur génial de musiques de films devenus cultes depuis : Mister " Q ", n'en reste pas moins un artiste simple, jovial et abordable. Rien à voir avec ces pseudos stars des dance-floors, pétries de certitudes et d'arrogance, qui bidouillent leur platines d'un air constipé tout en croyant faire acte de création...
A 78 ans, Quincy Jones est loin d'être blasé. Regard pétillant de malice, curieux de tout, cet été, il endosse la tunique de chef de bande et parcourt les festivals européens à la tête de son global gumbo all-stars, sorte de troupe informelle regroupant de jeunes espoirs du jazz.
Chapeau bas Mister " Q ".
A ta santé Quincy !

© J.-L.B / Castell de Peralada / Juillet 2011 

19:29 Écrit par Jean-Luc Bobin dans ACTU | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | |  Imprimer | Pin it! | | |

07/07/2011

Coup de pouce à de jeunes talents

salon de la photo,zoom du public,léo caillard,alexandre parrot,colin delfosse,xavier couloumier,camille lambercqIls sont 12. Douze jeunes photographes pétris de talent qui n'aspirent qu'à une chose : sortir de l'ombre pour révéler leur regard en pleine lumière.
Pour la seconde année consécutive le salon de la photo leur offre cette opportunité. A cet effet, 12 rédacteurs en chef ou directeur de rédaction de la presse photo ont désigné chacun un photographe pro " émergeant " pour lequel ils ont eu un véritable " coup de coeur ". Ils se réuniront le 13 septembre prochain, sous la présidence de Lucien Clergue, pour désigner LE lauréat de la presse photo.
Parallèlement au choix fait par ce jury officiel, les organisateurs du salon de la photo ont souhaité qu'un second coup de zoom puisse être décerné par le public. Pas compliqué ! Il suffit juste de se rendre en bas de la page de présentation, où figure le bulletin de vote.
Pour qu'un simple clic se transforme en véritable déclic.
Coup de coeur et "Top five" perso :

***** - Léo Caillard
**** - Alexandre Parrot
*** - Colin Delfosse
** - Xavier Coulmier
* - Guillaume Collet

A vos souris...

 

05/07/2011

Les rencontres d'Arles reprennent des couleurs

rencontres.jpgC'est parti ! Officiellement déclarées ouvertes cette semaine, les rencontres d'Arles vont se prolonger tout l'été.
A travers ses 47 expositions, la cité camarguaise va ainsi donner à voir jusqu'au 18 septembre. Mais d'ici là, la ville va surtout vivre au rythme des soirées et événements créés autour de la manifestation.
Une date est d'ores et déjà à réserver : la soirée du 8 juillet qui propose une promenade photographique et festive autour de 14 écrans disposés dans les rues autour des arènes.
Autre temps fort, celle du lendemain avec la projection consacrée au travail de JR, cet artiste atypique dont les photographies géantes suscitent tout à la fois le trouble et l'admiration.
A noter, également, une rétrospective exceptionnelle consacrée à Chris Marker qui représentera plus de 300 de ses œuvres conçues entre 1957 et 2010. Arles présentera enfin, pour la première fois en France, la fameuse et légendaire valise mexicaine de Robert Capa.

Moribondes entre 1970 - date de leur création – et 2001, ces rencontres d'Arles ont, ces dix dernières années, assurément repris des couleurs sous l'impulsion de son directeur François Hébel.
Endettées, parvenant difficilement à réunir plus de 9 000 visiteurs, elles sont aujourd'hui arrivées à l'équilibre financier et ont rallié l'an dernier les suffrages de 73 000 personnes.

09:13 Écrit par Jean-Luc Bobin dans ACTU | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : re, contres d'arles, valise mexicaine de robert capa, chris marker, jr, françois hébel | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | |  Imprimer | Pin it! | | |

03/05/2011

La photo de Ben Laden était un faux grossier : preuves à l'appui...



L'image a fait le tour du web à la vitesse supersonique. Pendant quelques heures, le doute n'a - à l'évidence - pas vraiment été permis. Comme il aurait pourtant dû l'être. Loin s'en faut !
Diffusée par les télés pakistanaises, cette photo de Ben Laden, le visage tuméfié, une balle au milieu du front, le crâne et les yeux déformés par la violence de l'impact, a été présentée comme celle attestant de la mort du chef d'Al Quaïda tué par un commando américain.
Très vite, peu de temps après le discours de Barack Obama, la BBC et CNN; puis, en France, BFM TV et i-Télé, relaient le document en boucle. Rapidement, la chaîne américaine MSNBC précise alors sur son site internet que deux responsables US ont prévenu NBC News que l'image est un trucage. Aveu de Rana Jawad, journaliste à Geo TV, la chaîne la plus populaire au Pakistan. " C'était en fait une fausse photo. Elle avait circulé sur internet en 2009. Nous avions indiqué en la diffusant qu'elle ne pouvait pas pour l'heure être identifiée ".
N'empêche ! Trop tard ! L'emballement médiatique est tel, en ce lundi 2 mai au matin - surtout en l'absence de sources officielles - que le démenti tarde à être explicitement formulé...
Il faudra attendre le milieu de journée, voir le début d'après-midi, pour que les médias du monde entier commencent à décryper la supercherie. Il s'agisait donc bel et bien d'un photomontage réalisé sur la base d'une image diffusée par l'agence Reuters en 1998.
A y regarder de plus près on s'aperçoit effectivement que le flou du bas du visage de Ben Laden avec le reste de l'image démontre qu'il a été ajouté à une autre photographie. Celle d'un cadavre anonyme. 
D'autres éléments confirment le grossier bidouillage " photoshopisé ". 
Notamment l'orientation, la forme de la bouche, du nez, le flou de la barbe, et la lumière de l'oreille gauche.
Afin qu'aucun doute ne puisse être permis le site internet du Nouvel Obs a soumis l'image incriminée à Roger Cozien, expert judiciaire et par ailleurs dirigeant de la société eXomakina, inventeur et proriétaire de la Technologie Tungstène. Son verdict est sans appel.
Preuves vidéo à l'appui... 

 

19:18 Écrit par Jean-Luc Bobin dans ACTU | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ben laden, photo truquée, faux, trucage, montage, photomontage | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | |  Imprimer | Pin it! | | |

02/05/2011

Made in France

diaporama-dracc.jpg

Ils toisaient jusqu'alors du regard la piétaille de la super league avec un petit brin de condescendance.

Les cadors de la rugby league 2011 avaient, jusqu'alors, pour nom Huddersfield.
Jusqu'alors...
Ils affrontaient ce samedi-là des Giants taillés dans dans le marbre.
Des gueules d'acier, des mâchoires sculptées dans la roche dont on disait contre lesquelles il n'y avait finalement pas grand chose à faire...
Mauvaise pioche !
Les Dragons catalans s'y sont attelés.
Humblement.
Malgré une première mi-temps sérieuse mais déconcertante.
Puis, finalement, ont remis cent fois leur coeur à l'ouvrage.
Puis, à force de persévérer ; ils sont passés.
Avec le minimum vital.
Juste ce qu'il fallait.
13-12.
Un petit point d'écart.
Celui de la gagne.
Celui du bonheur.
Celui qui suffit.
Qui suffit.
A croire.
A espérer.
A se persuader.
Que le XIII "made in France" a, avec ce match là, toutes les raisons de perdurer...

 © J.-L.B / Perpignan / Stade Gilbertr-Brutus / Mai 2011 

11:11 Écrit par Jean-Luc Bobin dans ACTU, SPORT | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : dragons catalans, catalans dragons, rugby à xiii, rugby league, super league, huddersfield, giants | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | |  Imprimer | Pin it! | | |

12/04/2011

USAP-Toulon à Montjuïc : le diaporama de l'événement

Fichtre que ce fut dur ! Mais diable que la victoire fut belle. A l'issue d'u match crispant au possible pour les nerfs, l'USAP est finalement parvenue à s'imposer face au RC Toulon, à "domicile", sur l'emblématique colline de Montjuïc, en 1/4 de finale de la coupe d'Europe de rugby.Les Catalans affronteront en 1/2 finale Northampton Outre-Manche. Retour sur cet évènement "historique" qui avait drainé "cap al sud" 35 000 catalan del nord...

© J.-L.B / Avril 2011

15:18 Écrit par Jean-Luc Bobin dans ACTU | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : usap, perpignan, barcelone, montjuïc, toulon, rct, h-cup | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | |  Imprimer | Pin it! | | |

06/04/2011

USAP-Toulon : le derby des frères " ennemis " de la Méditerranée

A qui la " belle " ? 17 mars 2010 : Toulon reçoit l'USAP à Marseille dans un stade vélodrome archi-comble. Les Varois s'imposent 33-23.
4 novembre 2010 : Perpignan reste de nouveau en rade 20-29 au stade Aimé-Giral.
9 avril 2011. Les deux clubs se retrouvent à Barcelone dans un quart de finale européen qui sent d'ores et déjà la poudre. 
Rétrospective en images.

© J.-L.B / Toulon mars 2010

18:10 Écrit par Jean-Luc Bobin dans ACTU | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : usap, toulon, rct, perpignan, diaporama, rugby, top 14, h-cup, barcelone, montjuïc | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | |  Imprimer | Pin it! | | |