29/06/2013

Sabotage

statue, Lisbonne, Lisboa, pigeon

© J.-L.B / Lisboa / Portugal / Juin 2013

Une variante vulgaire de l'expression tendrait à affirmer "ne pas (la) trouver dans le cul d'une poule". De façon plus châtiée, on est aujourd'hui en mesure de prouver, photo à l'appui, que c'est plutôt sous le sabot d'un cheval que la négation ne se trouve pas. Eh-ho : y'a tout de même pas marqué pigeon sur l'front  ou sur le dessus de l'encolure.
Non mais des fois...

16:24 Écrit par Jean-Luc Bobin dans CURIOSITES, Voyage | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : lisbonne, lisboa, portugal, statue, cheval, pigeon | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | |  Imprimer | Pin it! | | |

13/02/2013

Une escadrille de drones céphalopodes photographiée en plein vol

calamars,céphalopodes,sciences,curiosité

© Koutamuramatsu / AFP

Imaginez la scène. Vous voilà tranquillement accoudé à la rambarde d'un navire de croisière voguant dans les eaux émeraudes du Pacifique. Lorsque soudain : surgissant de nulle part, une escadrille de calamars se projette hors des flots.
Dans un long vol plané d'une dizaine de mètres, à plus de 40 km/h, ils s'ébrouent maintenant dans les airs, prenant un malin plaisir à venir défier les lois de l'apesanteur, sous le regard médusé d'un ballet de dauphins batifolant dans les vagues de l'étrave.
Un tant soit peu surprenant le phénomène n'a pourtant rien d'extraordinaire. Les navigateurs au long cours ont souvent retrouvé ces petits céphalopodes d'une vingtaine de centimètres échoués sur le pont de leurs bateaux.
Mais ces vols se déroulaient généralement de nuit. Rares étaient alors les témoignages fiables. Jusqu'à ! Jusqu'à ce qu'en juillet 2011 des biologistes japonais de l'université d'Hokkaido eurent la chance de saisir en images l'envol de tout un groupe de ces céphalopodes, à 500 km à l'est de Tokyo.
Analyses à l'appui, ils parviennent enfin à percer le mystère de ces Todarodes pacificus (de leur véritable nom scientifique), capables de se propulser et de modifier leur trajectoire en dehors de l'eau. Deux caractéristiques qui permettent aux scientifiques d'affirmer que ces mollusques ne font pas que planer. Mais volent bel et bien.
Explication : pour accélérer et se projeter hors de l'eau, les calmars éjectent de l'eau sous pression. Ce jet, visible sous forme de fines gouttelettes, agit comme un réacteur d'avion. Ils utilisent ensuite leurs nageoires à l'avant en guise d'ailes et déploient leurs tentacules en éventail à l'arrière. Deux surfaces portantes qu'ils orientent ainsi à volonté pour ajuster leur trajectoire.
Selon les biologistes japonais ces brefs envols permettraient aux calamars de s'éloigner le plus rapidement possible de prédateurs menaçants.

 

 

15:30 Écrit par Jean-Luc Bobin dans CURIOSITES | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : calamars, céphalopodes, sciences, curiosité | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | |  Imprimer | Pin it! | | |

07/02/2013

Paname-sur-Mer

mouette, trocadero, roue, obélisque

© J.-L.B / Paris / Janvier 2013

Les mouettes disputent aujourd'hui le pavé de Paris aux moineaux, pigeons et corbeaux.
L'hiver venu, les rieuses frileuses quittent les rivages tempêtueux de l'Atlantique pour venir s'abriter dans les entrelacs de la Seine.
Jardin du Trocadero, elles s'en viennent quémander un bout de sandwich aux touristes en goguette.
Mais où sont donc passées ces intrépides exploratrices qui escortaient antan les galions de Colomb chevauchant la furie des océans ?
 La roue désormais tourne, par Toutatatis, au pied de l'Obélisque !

13:28 Écrit par Jean-Luc Bobin dans CURIOSITES | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : paris, jardin du trocadéro, place de la concorde, mouettes, roue | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | |  Imprimer | Pin it! | | |

08/01/2013

Caricatures scotchantes !

Wes Naman

Il vous fige un rictus en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire. Aplatit un tarin d'une simple pression du pouce. Transforme une légère ride du front en un sillon disgracieux. Bref, déforme un visage comme d'autre pétrissent un morceau de pâte à modeler ou une boule de mie de pain au levain. Lui ? C'est Wes Naman. Avec la complicité de figurants complaisants, ce photographe américain adresse un joli pied de nez aux as de la retouche d'image sur ordinateur. Faisant fi des calques, masques et autres " outil tampon " chers aux adeptes de Photoshop, Naman, lui, utilise un simple... rouleau de scotch.

Sa méthode est d'une simplicité enfantine. Le photographe demande à ses modèles de le gratifier d'une grimace un tantinet appuyée. Puis, de garder la pose. Ensuite, il ne lui reste plus qu'à figer l'expression sous un morceau de ruban adhésif. Le résultat est étonnant. Détonnant ! Dans la digne lignée des portraits torturés du peintre Francis Bacon.

Photographe autodidacte, Wes Naman a d'abord été photojournaliste pour l'hebdomadaire Alibi avant de se lancer dans l'illustration commerciale. Désormais impliqué sur des travaux plus personnel, il est aujourd'hui régulièrement exposé dans les galeries d'art.  

16:40 Écrit par Jean-Luc Bobin dans CURIOSITES | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | |  Imprimer | Pin it! | | |

10/12/2012

Vues du ciel, les photos de sa femme nue font buzzer le Net

nu,john crawford,new-zeland

Il y a 25 ans de cela, lorsque John Crawford entreprit d'immortaliser sa femme Carina en tenue d'Eve, vue depuis le cockpit d'un avion, il n'imaginait sans doute pas à quel point ces images, une fois passées au révélateur d'internet et des réseaux sociaux, susciteraient un tel engouement.
Photographe néozélandais officiant dans la région du Taranaki, dans les années quatre-vingt, il passait alors le plus clair de son temps dans de petits aéronefs à débusquer les curiosités géologiques de la nature.
Aujourd'hui âgé de 61 ans, il confiait récemment au Daily Mail avoir toujours - " et ce depuis l'école - été fasciné et attiré par les étrangetés graphiques et la rectilignité des formes" . (...)

Lire la suite

16:16 Écrit par Jean-Luc Bobin dans CURIOSITES | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : nu, john crawford, new-zeland | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | |  Imprimer | Pin it! | | |

27/11/2012

La photo de l'iceberg qui a coulé le Titanic mise en vente

Iceberg, Titanic

Une photo exceptionnelle de l'iceberg qui a coulé le Titanic en 1912, prise deux jours avant le drame, sera proposée aux enchères le mois prochain aux Etats-Unis dans le New Hampshire. Sa mise à prix ? Entre 8.000 à 10.000 dollars. RRAuction de Amherst qui vend à partir du 13 décembre des centaines d'objets liés au Titanic, indique sur son site internet que l'image en noir et blanc de l'iceberg est "sinistrement identique" aux dessins réalisés ensuite par des membres d'équipage du paquebot.
Le cliché, pris par W.F. Wood, le capitaine du bateau Etonian, montre "un iceberg massif d'une forme elliptique caractéristique", précise la maison d'enchères.
Parti de Southampton dans le sud de l'Angleterre, pour rallier New York,  le Titanica sombré le 14 avril 1912, deux heures et demie après avoir heurté un iceberg lors de sa traversée inaugurale de l'Atlantique.
Plus de 1.500 personnes sont décédées lors de ce naufrage. 

[Source AFP]

15:53 Écrit par Jean-Luc Bobin dans CURIOSITES | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : titanic, iceberg | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | |  Imprimer | Pin it! | | |

16/03/2012

La photographie judiciaire du voleur de la Joconde achetée 3.825 € par un Italien

La photographie d'identité judiciaire de Vincenzo Peruggia, l'ouvrier italien qui avait volé la Joconde au musée du Louvre en 1911, a été adjugée 3.825 euros à un acheteur italien, a annoncé ce vendredi la maison d'enchères parisienne Tajan, organisatrice de la vente.
La photographie, qui montre Peruggia de profil et de face, a été prise en 1909 par Alphonse Bertillon (1853-1914), inventeur de la méthode du fichage anthropométrique. L'été dernier, le personnage de Peruggia a été le héros d'une pièce de théâtre le décrivant comme un patriote. La pièce a été présentée à Dumenza, sa ville natale, en Lombardie (nord de l'Italie). (AFP)

16:27 Écrit par Jean-Luc Bobin dans CURIOSITES | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | |  Imprimer | Pin it! | | |

13/03/2012

La photo anthropométrique du voleur de la Joconde mise en vente aux enchères

joconde,photo anthropométrique,vincenzo peruggiaElle est estimée entre 1 500 et 1 800 euros. Mais sera vendue bien plus chère. Combien ? Réponse, ce jeudi 15 mars, sur le coup de 15h00. C'est en effet ce jour là que sera mise aux enchères la photo d'identité judiciaire de Vincenzo Peruggia.
Vincenzo qui ? Vincenzo Perrugia : bon sang, mais c'est bien sûr ! Le peintre en bâtiment italien qui avait volé la Joconde, le 21 août 1911.
La photographie a été réalisée deux auparavant. Par un certain Alphonse Bertillon, le fameux inventeur de la méthode de fichage anthropométrique. Lequel est appelé, en personne, à venir effectuer des relevés détaillés sur la scène "du crime" au musée du Louvre.
Et que découvre alors notre Horacio Caine de l'époque ? On vous le donne en mille. Une belle empreinte de pouce sur la vitre qui protégeait le tableau. Trop beau pour être vrai ? Sans doute. Car la police n'exploite pas l'indice. Grossière bévue des flics parisiens. Bingo : le Vicenzo était déjà fiché depuis deux ans par la police.

Pendant deux ans Perrugia cache le tableau chez lui à Paris. Histoire de se faire un peu oublier. Puis, croyant l'affaire tassée, se décide en décembre 1913 à prospecter auprès d'antiquaires italiens pour leur refourguer la Joconde.
C'est en voulant vendre la toile à un antiquaire de Florence qu'il se fait arrêter. Jugé en Italie, l'ouvrier affirme alors avoir agi par patriotisme. Pour sa peine, il écope de sept mois de prison ferme.

L'oeuvre argentique réalisée par Bertillon est de petite taille (123X54 mm). Format carte de visite. Mais devrait faire flamber les prix compte tenu de la renommée de la Joconde et l'aspect insolite du fait divers.
Le même jour, 177 autres photographies seront dispersées à la salle des ventes de l'Espace Tajan, rue des rue des Mathurins, dans le VIIIe arrondissement de Paris.

Les estimations s'échelonnent entre 300 et 40 000 euros.  

17:32 Écrit par Jean-Luc Bobin dans CURIOSITES | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : joconde, photo anthropométrique, vincenzo peruggia | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | |  Imprimer | Pin it! | | |

05/03/2012

Haut les mains : ou comment joindre le geste à la parole...

paul ripke,hands up,doigts,gestes,visages,codes,tribusPaul Ripke fait partie de ces photographes qui excellent dans l'art de perturber le regard. Brouiller les pistes, bidouiller dans les artefacts des grilles de lecture, est devenu, chez lui, comme une seconde nature.
Non pas tant à la prise de vue. Qu'il veut ouvertement classique. Sobre et efficace, en studio, ponctuée d'éclairages léchés.

En revanche, dès lors qu'il s'agit de conceptualiser la chose, notre homme aime à se laisser griser par le long et fastidieux travail de post production.
Avec sa série Kindskoepfe (Grands enfants) le photographe allemand s'était déjà ingénié à inverser les rôles en proposant une série de photo-montages dans lesquels les enfants jouent le rôle de parents et inversement. Troublant !
Un peu dans la même veine son projet Hands Up dresse une galerie de portraits encore plus déroutants.
Le visage, ici, disparaît au profit de la main qui reprend à son compte les éléments de langage comme autant de signes de ralliement et d'appartenance à un clan.
Révélateur de la diversité socioculturelle de nos société, son travail décrypte ces codes en adéquation avec le look de ceux qui les arborent.

Ici, une surfeuse, le corps huilé et bronzé, affiche le signe hawaïen " shaka ", signifiant " relax ", " cool ", détends-toi".
Là, deux doigts légèrement écartés expriment la proclamation de l'amour libre et la haine de la guerre sur une robe à fleurs popularisée par le mouvement hippie.
Ailleurs, plus inquiétant, on découvre un adepte de heavy metal exprimant un geste de conjuration du mauvais sort popularisé par le chanteur Ronnie James Dio. Ou encore, ce majeur outrageusement pointé en l'air par un gros aux bras tatoués, dont on imagine aisément qu'il doit afficher une capacité cérébrale inversement proportionnée à sa forte corpulence.

Volontairement réducteurs, les diptyques que Paul Ripke se veulent aussi ouvertement provocateurs. Mais nous questionnent, à l'évidence, sur nos rapports aux autres et de la perception que l'on s'en fait dans notre environnement quotidien.

17:27 Écrit par Jean-Luc Bobin dans CURIOSITES | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : paul ripke, hands up, doigts, gestes, visages, codes, tribus | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | |  Imprimer | Pin it! | | |

06/02/2012

Il entrecroise le passé et l'avenir pour réinterprêter le présent

bobby neel adams,irina wering,portraitsTroublant, le travail de Bobby Neel Adams ! Brutes de décoffrage, ses photos agencées et reconstituées ont un effet miroir déroutant. Nous renvoient une image de nous-même et de notre rapport au temps passablement dérangeant.
Gros plan sur deux visages. De la même personne. A deux époques différentes. Enfant. Et à l'âge adulte. Bobby Neel Adams cherche à faire s'entrecroiser le passé et l'avenir pour réinterpréter le présent. Intitulée Agemap, cette série de l'artiste américain s'apparente un peu à celui de la chilienne Irina Werning qui s'est attachée à re photographier ses sujets, à plusieurs années d'écart, leur demandant de reprendre exactement la même pose.
L'oeil fait alors d'incessants allers retours. Compare. Cherche les similitudes et/ou les différences. Tandis qu'ici, le résultat est immédiat. L'unicité se créé dans la duplicité. L'aspect volontairement chirurgical du montage accentue, à dessein, le sentiment de malaise.
Pas sûr, qu'à l'avenir, en jetant au réveil un regard fugace dans la glace de la salle de bain, au lendemain d'une date anniversaire, on se reconnaisse tel qu'en nous-même...

16:59 Écrit par Jean-Luc Bobin dans CURIOSITES | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bobby neel adams, irina wering, portraits | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | |  Imprimer | Pin it! | | |

22/01/2012

Une fenêtre grande ouverte sur le Canigou

canigou, Jujols, Pyrénées-Orientales

Elle a beau être fermée.
Pourtant. N'empêche !
Contrairement aux apparences elle n'en est pas moins largement ouverte aux quatre vents. L'espagnolette verrouillée n'y fait rien. C'est une fenêtre courant d'air. Par l'entrebaillement à 160°, elle toise du regard le Canigou.
Point de vue imprenable sur l'altier sommet pyrénéen. Un drôlatique panoramique poétique érigé à l'entrée du village haut perché de Jujols.

© J.-L.B / Jujols / Janvier 2012 

19:18 Écrit par Jean-Luc Bobin dans CURIOSITES | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pyrénées-orientales, jujols, canigou, fenêtre | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | |  Imprimer | Pin it! | | |

12/01/2012

Les volcans sud catalans de la Garrotxa en montgolfière

Unique et inoubliable. Rien de tel que de survoler les volcans de la région sud catalane de la Garrotxa en montgolfière. La " zéintude " totale !!!
Au départ de Santa Pau, petit village médiéval situé à quelques kilomètres d'Olot, la société " Vol de coloms " organise des escapades en ballons au dessus de ce parc naturel à l'exceptionnelle beauté. Au gré des courants ascendants et des sautes d'humeur du vent, la nacelle de l'aéronef devient alors un formidable promontoire pour découvrir les charmes cachés de ces contreforts pyrénéens. Là-bas, une harde de cerfs en goguette. Plus loin, le clocher d'un ermitage du Bas moyen âge niché au fond d'un cratère.
De là-haut, le temps n'a plus prise sur rien. Seul le bruit sourd du brûleur crachant sa flamme, vient, de temps à autre, perturber le silence enivrant des cimes. Un périple mémorable d'une heure et demi que l'on quitte presque à regret après avoir fait tinter les verres à champagne et trinqué à la nouvelle année. Feliç Any Nou 2012.

© J.-L.B / Santa Pau / Garrotxa / Catalunya sud / Janvier 2012 

17:13 Écrit par Jean-Luc Bobin dans CURIOSITES | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ballon, montgolfière, garrotxa, santa pau, olot, catalunya, évasion | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | |  Imprimer | Pin it! | | |

06/12/2011

Scrabble urbain

SCRABBLE.JPG

L'alphabet s'est fait la belle. Lettres en cavale sur le pavé perpignanais.
Cours Lazare Escarguel, non loin du pont Arago.
Elles gisent là, à même le trottoir, incrustées dans le béton fissuré.
Par qui, pourquoi ?
Oeuvre d'un cruciverbiste désoeuvré ? Trait d'humour d'un joueur de Scrabble repenti ?
Voyelles et consonnes réunies ci-bas sans lien de cause à effet.
Juste pour alerter le passant. Intriguer ou interpeller ?
Seuls indices : le G compte double et le B triple la mise. Après !
Au gui l'an bon ?
Pas même !
Alors ?
Mystère.
Et c'est tant mieux comme ça...

© J.-L.B / Perpignan / Décembre 2011 

 

18:51 Écrit par Jean-Luc Bobin dans CURIOSITES | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : scrabble, mots, lettres, asphalte, trottoir, perpignan | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | |  Imprimer | Pin it! | | |

20/08/2011

Les sénateurs

Sénat, Villeneuve de la rivière

Ils ne siègent pas à proprement parler sous les ors dorés de la République.
Ici, pas de fauteuils en velours rouges où s'y vautrer en séances plénières. Pas de majordome en queue de pie pour les annoncer d'un ton ronflant à leur arrivée.
Tiens : là; d'ailleurs, c'est Jeannot qui déboule à vélo. Bon pied bon oeil. A 82 balais au compteur.
Il est 11h00 pétante. Et comme tous les vendredis que le bon Dieu fait, ils sont 14 à se retrouver dans cette ancienne menuiserie.
Longtemps, ce fut la forge du village qui accueillait leur réunions hebdomadaires. Aujourd'hui, c'est ce vieil établi en chêne massif qui leur sert de comptoir. Autour : de vénérables chaises en formica. Dans un placard bringuebalant, une solide rangée de bouteilles, quelques filets d'anchois vinaigrés et un saucisson de sanglier.
Une heure et demi durant, ils y refont le monde. Jovials. Avec l'enthousiasme de leurs vingt ans.
On y parle de tout. De rien. Et de l'essentiel.
52 fois par an ils se refont la Cène. Rigolards et égrillards.
Ce sont les Sénateurs.
Une authentique institution dans les P.-O. 

© J.-L.B / Villeneuve-la-Rivière / Pyrénées-Orientales / Août 2011 

17:23 Écrit par Jean-Luc Bobin dans CURIOSITES | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : villeneuve-la-rivière, pyrénées-orientales | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | |  Imprimer | Pin it! | | |

23/03/2011

Avec les réfugiés espagnols au coeur du camp d'Argelès

Une vieille traction avant est stationnée devant l'entrée du camp. Deux tirailleurs sénégalais blaguent avec un gendarme en faction derrière les barbelés. A l'extérieur : une file d'hommes, de femmes et d'enfants, est soumise à une fouille au corps sans ménagement de la part des militaires français.

Hiver 1939. Plusieurs centaines de milliers de réfugiés espagnols ont franchi les Pyrénées en direction de la France. Pour nombre d'entre eux le chemin de l'exil passera par l'humiliant internement sur une plage d'Argelès-sur-Mer.
Printemps 2011. Porte voix en main, Felip Solé donne ses dernières consignes à son chef opérateur. Le réalisateur barcelonais, auteur de plusieurs fictions et documentaires historiques sur le sujet (" Zona roja ", " Camp d'Argelers "), est aujourd'hui de retour dans les P.-O pour le tournage d'un téléfilm retraçant l'épopée de ces républicains depuis la chute de Barcelone, jusqu'à la libération de Paris sur les chars de la division Leclerc, en passant par la résistance dans les maquis français.
Intitulée " Tornarem " (" Nous reviendrons ") cette saga de trois heures en deux épisodes, articulée autour d'une torride histoire d'amour, sera diffusée sur TVE et TV3. Des pourparlers seraient par ailleurs en cours avec des chaînes de la télévision française.
A suivre donc...

 © J.-L.B / Argelès-sur-Mer / Mars 2011

03/11/2010

Voilà pourquoi Dali a décrété que la gare de Perpignan était le centre du monde

8 février 1970. Il est là, assis dans un fauteuil rococo, à déclamer un flot ininterrompu d'élucubrations surréalistes. Puis, théâtral, se saisit d'un téléphone kitchissime. Feint alors une conversation avec une interlocutrice. Lui assène quelques formules bien senties. Et, grandiloquent fait brusquement l'apologie de la chasteté. Mais soudain : lassé, la rabroue d'une phrase cinglante.
En face, Le professeur Henry Laborit ne moufte pas. L'anticonformiste médecin chirurgien neurologiste n'a d'yeux que pour lui. Lui, Salvador Dali ! Il lui sert du Maître à tout bout de champ, loue son appétence pour la chose scientifique tout en dissertant sur les vertus du venin d'abeille sur la texture des gouttes de peinture.
Enôôôôrme !!!
Cette conversation fait partie de quelques-unes des vidéos cultes qui composent le formidable fonds d'archives de l'Institut national de l'audiovisuel. Un véritable trésor qui bénéficie désormais d'une nouvelle lisibilité avec la signature, le mois dernier, d'un accord de partenariat entre l'INA et Dailymotion.
Grâce à cette collaboration, c'est pas moins de 50 000 documents audiovisuels qui seront disponibles dont, notamment, tous les journaux télévisés diffusés entre 1971 et 2008. Une initiative susceptible d'élargir l'audience des vidéos de la première plate-forme française de partage, surtout en direction des plus jeunes.
En farfouillant dans le moteur de recherche du site de l'INA on tombe sur de véritables pépites. De purs joyaux.
Quelques exemples ?
Y figurent, pêle-mêle, de mémorables finales de rugby à XIII entre frères ennemis audois et catalans. Les conditions de vie des harkis. Les inondations dans l'Aude et les P.-O. Le discours de De Gaulle à Narbonne en 1960. L'accueil en 65 de jeunes Tibétains dans un hameau mystérieux du Conflent situé au-dessus de Mosset. Une balade dans les rues de Carcassonne avec Gaston Bonheur évoquant sa rencontre avec Joë Bousquet. Les meetings de Mitterrand à Carcassonne et Perpignan en 1981.
Et tant d'autres choses encore...
8 janvier 1978. Salavador Dali est interviewé pour France 3 Région par Pierre Boulang et Pierre Naville. La discussion porte sur l'Extrême-Orient. Provocateur, Dali coupe ses interlocuteurs et lâche, "permettez moi, au regard de l'histoire de l'art, de passer cette période sous silence". Et surenchérissant, poursuit. "L'Orient : zéro, table rase ! Le foyer de notre civilisation c'est la Méditerranée et la gare de Perpignan, sans laquelle nous serions tous aujourd'hui en Australie, entourés de kangourous".
Précision : "Au moment où s'est formé le golfe de Biscaye, lors de la fameuse dérive des continents, seul Perpignan a tenu le coup. Si cela n'avait pas été le cas, nous ne serions plus ici ".
Fichtre ! 
Ca fout encore et toujours un choc de le savoir...

 

17:49 Écrit par Jean-Luc Bobin dans CURIOSITES | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : perpignan, salvador dali, vidéo, ina, archives, surréalisme, peinture, télévision | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | |  Imprimer | Pin it! | | |