13/11/2010

Escapade buissonnière en Haut-Conflent

train-jaune.jpg

Là-bas, l'automne crachouille sa froidure et sa grisaille à la barbe de passants pressés-frigorifiés. Tandis qu'ici, un brin provoc, l'été s'complait à jouer les prolongations. Comme un ultime pied-d'nez à l'immuable cycle des saisons.
Là haut, dans les replis sinueux du massif pyrénéen du Conflent, la météo prend un malin plaisir à cramoisir l'horizon.
Pas d'temps à perdre. Il sera bientôt trop tard ! Paré pour une escapade buissonnière par monts et par vaux ?
Quelque part, à l'aplomb d'un ancien village minier et à l'orée d'une coulée de jeunes pins, la rosée du matin a fait éclore par poignée de délicieux lactaires. Ils finiront, le soir même, poivre et sel grillés à la braise.
Dans les sous-bois d'un large chemin forestier, châtaigniers, hêtres et cerisiers sauvages rivalisent d'impertinence pour incendier la futaie. 
Cap plus loin en direction de Fontpédrouse, alanguie autour de son clocher en contre-bas de la 116. La route y part à l'assaut de Prats-Balaguer. Petit détour par la massive chapelle romane adossée au cimetière fraîchement fleuri par la Toussaint. L'envie d'emprunter un sentier muletier se fait brusquement sentir. A la recherche de cet Eden perdu, fait de murets de pierres, d'abris de bergers, de cascades et de sources d'eaux chaudes sulfureuses. Et s'y baigner nu, dans ces vasques improvisées, sous le regard de chevreuils effarouchés.
Courte halte à Saint-Thomas avant d'emprunter les lacets qui rallient vers Sauto. D'ici, laisser plonger le regard vers l'abime. Espérer, en apercevant le pont Séjourné, assister au passage du train jaune. Et soudain, se frotter les yeux pour bien y croire ! Il est des jours, comme ça, que l'on peut qualifier de magiques !
De là, pousser jusqu'à la Llagonne avant de plonger vers les belles austères et rebelles Garrotxes.
A la lumière rasante, Caudiès, Railleu et Ayguatébia rougeoient dans leurs parures de schistes et d'ardoises. Retour et passage obligé par Olette avant de quitter, presque à regret, le lit de la Têt pour faire un ultime crochet par Vernet, Fillols, Taurinya.
Comme un prétexte pour s'en venir alors effectuer au passage une dernière halte dans les vergers jouxtant l'abbaye de Saint-Michel de Cuixa.
Allé-é-luia !
© J.-L.B /Novembre 2010