25/05/2010

Hêtres et ne plus être

forêt-1.jpg

Ils étaient là. Las ! Les uns-contre les autres. Couchés. Abattus par la tempête. Klaus les avaient fragilisés. Xinthia les avaient déracinés. Fiers hêtres, ils n'étaient plus. Que de simples fétus. De frêles brindilles tombés à terre. Autrefois gaillards, le port de tête un brin hautin, ils tutoyaient alors de leur suffisance les étoiles des Albères.Tandis que là !
Un triste filet de sève dégoulinait le long de leur tronc. En découvrant la scène, le berger lâcha un juron. La chienne border collie, qui l'accompagnait à chaque fois qu'il s'en allait "tourner" les vaches du côté de la Massane, sentit son désarroi. Par trois fois elle aboya. L'homme alors s'approcha de l'auguste feuillu qui barrait le chemin. L'enjamba en silence. Puis, resta là de longues minutes assis à califourchon. Chevauchant une dernière fois ces rebelles montures du jardin de son enfance. © J.-L.B

 

17:09 Écrit par Jean-Luc Bobin dans DECLICS | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : forêt, arbres, hêtres, berger, massane | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | |  Imprimer | Pin it! | | |