11/02/2011

Le jour où les "as des as " de l'aviation ont été accueillis en héros à Perpignan

31 août 1930. 9h45. Aéroport de Villacoublay.
Un drôle d'aéronef flanqué d'un énorme point d'interrogation peint sur le fuselage décolle cap à l'ouest. Sa destination ? New-York ! Voilà plus d'un an que les ingénieurs de Breguet et l'aviateur Costes nourrissent le rêve - un peu fou ! - de réaliser une liaison sans escale entre les capitales française et nord-américaine.
15H45. La Manche, le Pays de Galles et l'Irlande ont été survolés sans encombre.  Propulsé par un moteur " Hispano -Suiza " le " ? "quitte maintenant l'Europe pour s'élancer à l'assaut de l'Atlantique.
2 septembre 1930. Il est 14h02. Le " ? " arrive en vue des côtes américaines au niveau de Louisbourg. 23H18. Dieudonné Costes et son navigateur Maurice Bellonte se posent - enfin ! - sur l'aérodrome new-yorkais de Curtiss Field après 37h24 de vol. Les deux français sont accueillis en héros. Les cérémonies officielles qui ont lieu le lendemain sont à la hauteur de l'événement. Avec une grande parade sur Broadway effectuée sous une pluie de serpentins et de feuilles d'annuaires téléphoniques. Grandiose !
L'exploit réalisé par l'équipage frenchy suscite un enthousiasme phénoménal auprès du grand public. Du 6 septembre au 10 octobre, ils effectuent un " Tour de l'amitié " à travers les États-Unis et sont acclamés partout où ils se posent.
Leur retour au pays est triomphal. La France entière se les arrache. Toutes les villes de province les réclament. Le " ? " entame alors une nouvelle virée aux accents tricolores de Douai à Perpignan via Lille, Metz, Strasbourg, Nancy, Dijon, Clermont-Ferrand, Marseille, Toulouse, Pau, Bordeaux, Angers, Rouen et Reims.
17 novembre 1930. L'avion fait donc comme prévu étape à Perpignan.
L'annonce de sa visite a largement été annoncée dans les colonnes de l'Indépendant. Costes et Bellonte ne sont ce jour-là attendus à l'aéroport de la Llabanère qu'à 11H00, mais dès 9h00 du matin, les Catalans déferlent par bus entiers en direction du centre-ville de la préfecture des P.-O. Pour l'occasion, administrations, écoles et commerces ont fermé leurs portes.
L'atterrissage du " ? " provoque une cohue sans nom sur et à proximité du tarmac. Dixit l'Indep : " une aimable confusion malgré le service d'ordre paternel mais ferme ". Réquisitionnés pour l'occasion quelques tirailleurs sénégalais doivent même repousser la foule à coups de crosses. Ambiance !
Le cortège parvient néanmoins à se frayer un passage vers Perpignan. Les aviateurs ont pris place dans une Citroën rouge décapotable aux côtés du sénateur-maire Victor Dalbiez et du préfet Leroy. Les spectateurs restés sur place profitent du beau temps pour organiser à l'improviste grillades et cargolades. Sur le parcours : une foule énorme se presse. On est venu des départements voisins. Et même de Barcelone.
Le cortège emprunte l'avenue Joffre, les boulevards Clemenceau et Pyrénées, la rue Grande Saint-Martin (rebaptisée depuis peu rue Foch) avant de rallier la place Arago. C'est du délire. Un authentique triomphe à l'américaine. Avec serpentins et papillons de papier. Costes et Bellonte sont ensuite reçus en grande pompe à la préfecture. Puis, invités d'honneur d'un banquet à l'Hôtel de ville. Avant leur départ, le maire leur remet à chacun une épingle de cravate représentant un point d'interrogation orné d'un grenat catalan. 
14H30. L'étape historique de Dieudonné Costes et Maurice Bellonte dans les Pyrénées-Orientales touche à sa fin. Dans un vrombissement puissant, les deux tonnes du Breguet 19TF prennent leur envol. Un dernier coup d'aile en guise d'adieu et le " ? " disparaît derrière les Corbières à la poursuite de sa fabuleuse destinée.

© J.-L.B / Février 2011/ Photos archives l'Indépendant

10:31 Écrit par Jean-Luc Bobin dans VINTAGE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : perpignan, aviation, avion, breguet, costes, bellonte, paris-new-york, record | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | |  Imprimer | Pin it! | | |