06/09/2010

Un séquoia géant dans l'église des Dominicains de Perpignan

C'est l'un des chocs visuels les plus impressionnants de cette 22 e édition du festival Visa pour l'image. La photo d'un séquoia géant de 100 mètres de haut, âgé d'au moins 1500 ans, trône, en effet, majestueux, dans la nef de l'église des Dominicains de Perpignan. Cette image, donnée pour être la plus grande du monde, fait partie du reportage de Michael Nichols effectué pour le National Geographic sur ces arbres légendaires aujourd'hui menacés. Le constat est édifiant. « En un siècle, l'homme a abattu 95 % de la plus grande forêt de la côte califorienne », rappelle en préambule le photographe. Laissant derrière lui « un héritage de cours d'eau pollués et de terres mutilées ». Pour parvenir à immortaliser dans son intégralité et sans distorsion, le colosse du Parc National de la Prairie de Creek Redwoods en Californie, Nichols a utilisé un appareil gyroscopique équipe de 3 objectifs. Il lui fallut trois semaines d'essais pour peaufiner la séance de prise de vue. Le cliché final est constitué de 84 images différente. Une authentique prouesse technologique dont Nichols est désormais coutumier du fait...
© J.-L.B / Perpignan / Septembre 2010

19:50 Écrit par Jean-Luc Bobin dans ACTU | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : visa pour l'image, photojournalisme, perpignan, michael nichols, national geographic, séquoia, arbre, forêt | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | |  Imprimer | Pin it! | | |

25/05/2010

Hêtres et ne plus être

forêt-1.jpg

Ils étaient là. Las ! Les uns-contre les autres. Couchés. Abattus par la tempête. Klaus les avaient fragilisés. Xinthia les avaient déracinés. Fiers hêtres, ils n'étaient plus. Que de simples fétus. De frêles brindilles tombés à terre. Autrefois gaillards, le port de tête un brin hautin, ils tutoyaient alors de leur suffisance les étoiles des Albères.Tandis que là !
Un triste filet de sève dégoulinait le long de leur tronc. En découvrant la scène, le berger lâcha un juron. La chienne border collie, qui l'accompagnait à chaque fois qu'il s'en allait "tourner" les vaches du côté de la Massane, sentit son désarroi. Par trois fois elle aboya. L'homme alors s'approcha de l'auguste feuillu qui barrait le chemin. L'enjamba en silence. Puis, resta là de longues minutes assis à califourchon. Chevauchant une dernière fois ces rebelles montures du jardin de son enfance. © J.-L.B

 

17:09 Écrit par Jean-Luc Bobin dans DECLICS | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : forêt, arbres, hêtres, berger, massane | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | |  Imprimer | Pin it! | | |