03/11/2010

Voilà pourquoi Dali a décrété que la gare de Perpignan était le centre du monde

8 février 1970. Il est là, assis dans un fauteuil rococo, à déclamer un flot ininterrompu d'élucubrations surréalistes. Puis, théâtral, se saisit d'un téléphone kitchissime. Feint alors une conversation avec une interlocutrice. Lui assène quelques formules bien senties. Et, grandiloquent fait brusquement l'apologie de la chasteté. Mais soudain : lassé, la rabroue d'une phrase cinglante.
En face, Le professeur Henry Laborit ne moufte pas. L'anticonformiste médecin chirurgien neurologiste n'a d'yeux que pour lui. Lui, Salvador Dali ! Il lui sert du Maître à tout bout de champ, loue son appétence pour la chose scientifique tout en dissertant sur les vertus du venin d'abeille sur la texture des gouttes de peinture.
Enôôôôrme !!!
Cette conversation fait partie de quelques-unes des vidéos cultes qui composent le formidable fonds d'archives de l'Institut national de l'audiovisuel. Un véritable trésor qui bénéficie désormais d'une nouvelle lisibilité avec la signature, le mois dernier, d'un accord de partenariat entre l'INA et Dailymotion.
Grâce à cette collaboration, c'est pas moins de 50 000 documents audiovisuels qui seront disponibles dont, notamment, tous les journaux télévisés diffusés entre 1971 et 2008. Une initiative susceptible d'élargir l'audience des vidéos de la première plate-forme française de partage, surtout en direction des plus jeunes.
En farfouillant dans le moteur de recherche du site de l'INA on tombe sur de véritables pépites. De purs joyaux.
Quelques exemples ?
Y figurent, pêle-mêle, de mémorables finales de rugby à XIII entre frères ennemis audois et catalans. Les conditions de vie des harkis. Les inondations dans l'Aude et les P.-O. Le discours de De Gaulle à Narbonne en 1960. L'accueil en 65 de jeunes Tibétains dans un hameau mystérieux du Conflent situé au-dessus de Mosset. Une balade dans les rues de Carcassonne avec Gaston Bonheur évoquant sa rencontre avec Joë Bousquet. Les meetings de Mitterrand à Carcassonne et Perpignan en 1981.
Et tant d'autres choses encore...
8 janvier 1978. Salavador Dali est interviewé pour France 3 Région par Pierre Boulang et Pierre Naville. La discussion porte sur l'Extrême-Orient. Provocateur, Dali coupe ses interlocuteurs et lâche, "permettez moi, au regard de l'histoire de l'art, de passer cette période sous silence". Et surenchérissant, poursuit. "L'Orient : zéro, table rase ! Le foyer de notre civilisation c'est la Méditerranée et la gare de Perpignan, sans laquelle nous serions tous aujourd'hui en Australie, entourés de kangourous".
Précision : "Au moment où s'est formé le golfe de Biscaye, lors de la fameuse dérive des continents, seul Perpignan a tenu le coup. Si cela n'avait pas été le cas, nous ne serions plus ici ".
Fichtre ! 
Ca fout encore et toujours un choc de le savoir...

 

17:49 Écrit par Jean-Luc Bobin dans CURIOSITES | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : perpignan, salvador dali, vidéo, ina, archives, surréalisme, peinture, télévision | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | |  Imprimer | Pin it! | | |

08/06/2010

Clic-clac : vlà l'iPhone 4

Voilà déjà plusieurs mois que le « ramdam » a pris des allures de tohu-bohu. Un prototype ultra-secret, perdu un soir de beuverie par un ingénieur de chez Apple dans un bar : et voilà que le net bruisse de toutes les rumeurs. Chez les iphones maniaques : on frise l'apoplexie. Un site va jusqu'à oser désosser la bête en mettre en ligne photos, vidéos et caractéristiques techniques (présumées) avant même - crime de lèse majesté ! - que le boss Steve Jobs ne présente la nouvelle bête à l'occasion de la Keynote du 7 juin. Vrai-faux scoop? Ou fuite savamment orchestrée ? Peu importe ! Pour la firme à la pomme, l'essentiel est atteint. L'iphone 4 fait la « une » de l'actu avant même sa sortie. Un battage médiatique qui ne va forcément que s'amplifier jusqu'à son arrivée en France annoncée - roulement de tambours !!!! - pour le 24 juin.
Alors ? Que vaut vraiment ce nouveau bijou-joujou ? Sur le plan de l'image s'entend. Même si l'objet reste avant tout un... téléphone. Côté appareil photo, l'évolution est significative. Le capteur passe de 3 à 5 millions de pixels à flash LED avec un rétro-éclairage qui devrait améliorer considérablement la qualité des images, notamment pour les prises de vues en ambiances nocturnes. Mais l'écran gagne surtout en définition puisqu'il affiche fièrement 960x640 pixels sur la balance de son écran de 3,5 pouce. C'est 4 fois plus de pixels que les modèles précédents.
La grande innovation concerne néanmoins l'apparition de la vidéo. Avec deux caméras intégrées : l'une en façade et l'autre à proximité du haut-parleur. Là; « ça l'fait » vraiment !
L'intérêt ? Pouvoir se filmer tout en filmant. Oubliée l'époque du « T'es où ». Là : c'est plutôt du genre : « Tu m'vois ? » « Et tu vois c'que j'vois ». Ou encore : « T'as vu où j'suis ? ». Et dire que les gars de chez Appel avaient surtout pensé à la visioconférence. Côté technique : pas mal aussi. Les images vidéo sont en HD 720 p. Et, cerise sur le gâteau : l'iPhone4 intègre le logiciel de montage vidéo iMovie dans son cockpit cerclé d'acier.
Seul regret : que le 24 juin ne tombe pas un 25 décembre !!!

19:10 Écrit par Jean-Luc Bobin dans ACTU | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : iphone 4, téléphone, informatique, technologie, photo, vidéo | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | |  Imprimer | Pin it! | | |