01/03/2013

Jugée trop sexy, la pub Coco Mademoiselle de Chanel censurée en Angleterre

chanel, coco mademoiselleIronie du sort, l’ASA - ca ne s’invente pas !!! - (Advertising Standars Authority) est d’une extrême... sensibilité dès lors qu’il s’agit de la diffusion d’images à caractère un peu trop sexuellement suggestives. Pour peu qu’un clip mette en scène un photographe tombant sous le charme de son modèle, et qu’à l’issue de torrides et lascifs préliminaires ils soient le point de tester l’élasticité d’une literie : et hop voilà que la vénérable institution y trouve aussitôt matière à exprimer son courroux. En cause : le nouveau spot publicitaire pour le parfum Coco Mademoiselle de Chanel dans lequel l'actrice Keira Knightley joue le rôle principal. Jugeant cette pub en mesure de choquer un jeune public, l’équivalent britannique du CSA a donc tout bonnement décidé de le censurer aux heures de grande écoute en Angleterre. Pour justifier sa décision l’ASA s’est fendu d’un communiqué des plus savoureux.
Extrait : "Nous avons remarqué que le photographe ouvrait lui-même la combinaison de la comédienne, et l'on comprend par la suite qu'elle pourrait être nue sous un drap. Nous avons aussi remarqué que la tension sexuelle entre les deux personnages était palpable et qu'ils étaient à deux doigts de s'embrasser sur le lit. Nous avons convenu que la publicité était appropriée pour un public plus âgé, mais que son contenu sexuel trop suggestif la rendait inappropriée au plus jeune public."
Du côté de Chanel on se défend d’avoir en aucune manière fait l’apologie de la nudité et que cette publicité avait plutôt un caractère “sensuel et espiègle”.
Comme quoi : de part et d’autre du Channel, tout est question d’interprétation... 
A vous de juger.

17:19 Écrit par Jean-Luc Bobin dans ZOOM SUR... | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : coco mademoiselle, modèle, shooting, chanel, parfum, publicité, keira knightley, top modèle | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | |  Imprimer | Pin it! | | |

24/12/2012

Le jour d'avant l'après à Bugarach

Bugarach, fin du monde, 2012, éolienne, environnement, communautés, énergies renouvelables,

© J.-L.B / Bugarach / 21 décembre 2012

L'apocalypse a bien eu lieu à Bugarach.
Une fin du monde aux allures de tsunami médiatique en plein coeur des Corbières.
Images surréalistes que ces cohortes hirsutes d'extra-terrestres pissent-copies, femmes troncs des jités-tévés, baguenaudeurs des micros, zoomeurs vidéo et perches-mens capteurs de sons, venus, ici, comme on visite un zoo.
Scènes humiliantes que ces habitants coursés dans les rues, harcelés, agressés jusque dans leur chez-soi dans un tourbillon indécent de propos obscènes et de mots formulés à l'emporte-pièce.
Bugarach, le jour d'avant l'après, n'était alors plus qu'un champ de bataille dévasté.
Où seuls quelques survivants affichaient ostensiblement leur mépris à l'égard de ces envahisseurs du troisième type. Indifférents à l'agitation ambiante, drapés dans une dignité que nul n'aurait pu être en mesure de leur bafouer.
En ce 21/12/12, à la croisée de l'avant et de l'après, Bugarach, clamait malgré tout à la face du monde entier, son désir à (re)vivre harmonieusement en paix.

Qu'ainsi soit-il !

18:04 Écrit par Jean-Luc Bobin dans ACTU, DECLICS, ZOOM SUR... | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bugarach, fin du monde, médias, environnement, éoliennes, énergies renouvelables | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | |  Imprimer | Pin it! | | |

23/06/2012

Insolites et décalées : petite compilation d'images de vidéo surveillance à travers le monde

vidéo-surveillance.jpg

Il y en a des dizaines de millions. Voire des centaines. Disséminées de part le monde dans les lieux les plus improbables qui soient, elles scrutent, sans états d'âmes, nos moindres faits et gestes. Quasiment en temps réel.
Tout à la fois inquiétantes et rassurantes, ces caméras de vidéo surveillance sont aujourd 'hui devenues omniprésentes. Jalonnent notre quotidien. Ici, à New-York, au détour d'une rue. Là, à Tokyo, sur le toit d'un immeuble. Ailleurs, dans le sas d'une banque d'Amsterdam ou le rayon d'un supermarché de Peshaware. Plus loin, encore, dans une station de métro de Moscou ou sur une aire d'autoroute de New-Delhi. Elles sont partout.
Difficile d'y échapper. Elles zooment, pivotent, captent et enregistrent à tout va. Auscultent nos comportements. Prennent à la seconde près le pouls de la planète. Dissèquent les soubresauts de la Terre. Avec ses flambées de violence. Braquages et agressions y sont ainsi filmées en direct. Mais tout n'y est pas forcément qu'abjection et répulsion. Car derrière cet oeil indiscret défile aussi la vie. Avec ses joies. Ses élans amoureux. Ses actes de bravoure. Ses grains de folie. Ses rires aux larmes. Ses parcelles d'intimités dévoilées au grand jour.
Un étonnant ballet de sentiments les plus divers qu'une grande marque de boisson gazéifiée a eu idée de compiler. Et qui donne lieu, ici, à un clip tonique et rafraichissant.

Extraits :  

17:05 Écrit par Jean-Luc Bobin dans ZOOM SUR... | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : vidéo surveillance, caméras, big brother is watching you | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | |  Imprimer | Pin it! | | |

26/09/2011

Egyptian-FB

egypte-percu-1.jpg

Sud-du-moyen-sud de l'Egypte.
Bien après de la révolution du mois de janvier dernier.
Un marché.
Déserté. 
Pois chiche écossés. Coriandre effeuillée.
Des trucs plein de poudre pyramidées.
Plein de trucs déglingués.
Comme si. 
Et puis !
 
Deux mains. Dix doigts. Une peau.
Tendue.
 
Un marché.
 
Un souk en plein air.
Là-bas.
Au bord du Nil entre Luxor et Assouan.
Un village arraché aux dunes pour venir survire entre trois palmiers dattiers et quatre rangs de tomates involontairement excisées.
Et puis !
Et puis comme un tam-tam qui résonne.
Qui dit.
 Qui dit. 
Comme hier.
Comme comme si.
Comme si c'était hier...

© J.-L.B / Egypte / Septembre 2011/  

01:38 Écrit par Jean-Luc Bobin dans ZOOM SUR... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | |  Imprimer | Pin it! | | |

13/11/2010

Escapade buissonnière en Haut-Conflent

train-jaune.jpg

Là-bas, l'automne crachouille sa froidure et sa grisaille à la barbe de passants pressés-frigorifiés. Tandis qu'ici, un brin provoc, l'été s'complait à jouer les prolongations. Comme un ultime pied-d'nez à l'immuable cycle des saisons.
Là haut, dans les replis sinueux du massif pyrénéen du Conflent, la météo prend un malin plaisir à cramoisir l'horizon.
Pas d'temps à perdre. Il sera bientôt trop tard ! Paré pour une escapade buissonnière par monts et par vaux ?
Quelque part, à l'aplomb d'un ancien village minier et à l'orée d'une coulée de jeunes pins, la rosée du matin a fait éclore par poignée de délicieux lactaires. Ils finiront, le soir même, poivre et sel grillés à la braise.
Dans les sous-bois d'un large chemin forestier, châtaigniers, hêtres et cerisiers sauvages rivalisent d'impertinence pour incendier la futaie. 
Cap plus loin en direction de Fontpédrouse, alanguie autour de son clocher en contre-bas de la 116. La route y part à l'assaut de Prats-Balaguer. Petit détour par la massive chapelle romane adossée au cimetière fraîchement fleuri par la Toussaint. L'envie d'emprunter un sentier muletier se fait brusquement sentir. A la recherche de cet Eden perdu, fait de murets de pierres, d'abris de bergers, de cascades et de sources d'eaux chaudes sulfureuses. Et s'y baigner nu, dans ces vasques improvisées, sous le regard de chevreuils effarouchés.
Courte halte à Saint-Thomas avant d'emprunter les lacets qui rallient vers Sauto. D'ici, laisser plonger le regard vers l'abime. Espérer, en apercevant le pont Séjourné, assister au passage du train jaune. Et soudain, se frotter les yeux pour bien y croire ! Il est des jours, comme ça, que l'on peut qualifier de magiques !
De là, pousser jusqu'à la Llagonne avant de plonger vers les belles austères et rebelles Garrotxes.
A la lumière rasante, Caudiès, Railleu et Ayguatébia rougeoient dans leurs parures de schistes et d'ardoises. Retour et passage obligé par Olette avant de quitter, presque à regret, le lit de la Têt pour faire un ultime crochet par Vernet, Fillols, Taurinya.
Comme un prétexte pour s'en venir alors effectuer au passage une dernière halte dans les vergers jouxtant l'abbaye de Saint-Michel de Cuixa.
Allé-é-luia !
© J.-L.B /Novembre 2010

 

30/08/2010

Dans « l'intimité » de Michelle et Barack Obama

obama-7.jpgEn terme de com, faut dire qu'il fait fort. Très fort même ! Barack Obama n'a jamais fait mystère de son appétence pour internet et les nouvelles technologies. Et ce, bien avant son accession à la Maison blanche. Depuis, ses conseillers ont compris tout le parti que le président des États-Unis pouvait tirer de l'engouement suscité autour des réseaux sociaux et des galeries de partage en ligne. Plus besoin aujourd'hui, comme au temps de la préhistoire de la communication politique, d'avoir des équipes pléthoriques d'attaché(e)s de presse pour faire le siège des rédactions en quête de parutions. Oubliée, l'époque où l'on délivrait au compte goutte des accréditations en fonction de la renommée de tel ou tel photographe pour escompter faire la « une » de tel ou tel magazine à grand tirage. Terminées, les « exclus » un brin ringardisées genre « dans  l'intimité », « dans les coulisses », « 24 heures dans la vie » de Mister Président. Exit, désormais ces faux-pseudo scoops vendant « les photos que vous n'avez jamais vues ».
Partant du bon vieux principe que l'on n'était jamais aussi bien servi que par soi-même, l'entourage de Barack Obama a donc tout bonnement entrepris de créer une galerie photo sur Flickr
. Comme Pépé Marcel, Tatie Danielle, Roger de Massy-Palaiseau ou Ginette de Perpignan.
Barack, Michelle, leur filles Malia et Shasha ; sans oublier Bo le chien de la famille : tout ce beau monde se retrouve donc désormais sur Flickr

Mieux que dans Voici, Gala et Paris-Match réunis !

© Maison Blanche

18:38 Écrit par Jean-Luc Bobin dans ZOOM SUR... | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : flickr, obama, maison blanche, etats-unis, communication, galerie photo | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | |  Imprimer | Pin it! | | |

19/07/2010

1x.com

1x.comjpg.jpgIl en existe des dizaines sur le web de ces galeries photos et autres sites communautaires dédiés à l'image. Souvent peu ragoûtants sur le plan visuel, quelque fois étonnants, parfois singuliers; mais plus rarement renversants : nombre d'entre eux se contentent en général de publier massivement les images sans véritable ligne éditoriale définie. Dans ce paysage iconographo-boulimique, il est toutefois un espace un peu à part qui fait enfin exception à la règle. Son nom ? 1x.com, alias Onexposure. Soit ! Mais encore ? En quoi se différencie-t-il des autres ? Essentiellement par la qualité des images postées par d'authentiques artiste-photographe ou vice-versa et inversement. A ce jour, plus de 5 500 contributeurs animent ce magazine en ligne sans équivalent sur le 3W. Sa spécificité ? Une sélection draconienne réalisée à la fois par les administrateurs d'1x.com mais aussi par les membres de la communauté appelés à voter pour les photos proposées. Sachant qu'on ne peut soumettre qu'une seule image par semaine. A l'arrivée : le résultat est tout simplement bluffant. Il en découle un portefolio envoûtant où la multiplicité des regards et des univers pixels-esquissés sont de nature à entrebâiller les portes d'une quatrième dimension aux contours jusque-là inexplorés. Fichtre ! Pas moins ? Ben oui ! Rien qu'ça....

18:16 Écrit par Jean-Luc Bobin dans ZOOM SUR... | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : photoblog, site internet, photographes, graphisme | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | |  Imprimer | Pin it! | | |

07/06/2010

Making of

mannequin2.jpg

Plongée dans les coulisses de la réalisation de l'affiche du salon de la photo 2010. Cette année, le visuel de ce grand rendez-vous international - qui se tiendra du 4 au 8 novembre Porte de Versailles à Paris - a été confié à François Darmigny.
Agé d'une quarantaine d'années, Darmigny a longtemps couvert l'actu internationale et les grands événements sportifs avant d'éprouver le désir de devenir photographe indépendant. Cap qu'il franchit au milieu des années 90. Ce qui l'anime alors : «  Ne plus subir l'action, mais la créer en préférant remplir moi-même mon cadre ».
Son champ de vision préféré ? Le 50 mm. Adepte inconditionnel du Noir et Blanc, il ne dédaigne pas, pour autant et à l'occasion, travailler en couleur. Connu du grand public pour ses nombreuses couvs de mags, affiches de films ou campagnes publicitaires, François Darmigny est également à la tête d'un studio branché, le Eight by Ten, dans lequel défilent tous les happy few parisiens du sport et du showbizz.
Auteur de nombreux ouvrages, il bosse actuellement sur un projet autour des polaroïds.

 

19:30 Écrit par Jean-Luc Bobin dans ZOOM SUR... | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mannequin, darmigny, salon de la photo | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | |  Imprimer | Pin it! | | |

19/05/2010

Polka # 8

polka.jpgLe # 8 du magazine Polka est actuellement en kiosques.
Polka ? C'est ce trimestriel consacré au photojournalisme et dirigé par Alain Genestar, l'ex boss du JDD et de Paris-Match. Le parti pris du mag est on ne peut plus clair : "proposer des photos et des images parmi les plus belles, prises par des photographes célèbres ou inconnus, mais tous talentueux. Leur point commun ? Raconter des histoires d'aujourd'hui et d'hier; mais des histoires vraies, passionnantes, magnifiques, fortes, pleines d'espoir ou terribles
".
Comme la vie, en somme !
Mais Polka, n'est pas un énième magazine de plus consacré à la photo. Loin s'en faut ! Polka est avant tout une "marque de fabrique", un "état d'esprit" dont le credo est de "tout monter pour comprendre
" afin de laisser ses lecteurs "seuls juges". L'originalité du projet ? S'appuyer sur trois supports différents : le magazine trimestriel, certes; mais aussi une galerie et un réseau d'expositions (animés par Victor-Edouard et Adeline Genestar) tous deux adossés à un site internet.
Au sommaire et à la "une" de ce numéro de printemps : trois dossiers inédits. A y découvrir et à feuilleter avec délectation : la métamorphose du ghetto de Soweto, la vie et le pays de Nelson Mandela ainsi qu'une séquence ciné-nostalgique sur la grande époque des photographes de plateau.

09:50 Écrit par Jean-Luc Bobin dans ZOOM SUR... | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : magazine, presse, genestar, photojournalisme, reportages, polka | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | |  Imprimer | Pin it! | | |